Archives pour la catégorie Réflexions

Projets en cours!

Quel printemps j’ai passé! Entre trois contrats de piges, deux livres en retour de direction littéraire (dont un deux fois plutôt qu’une!) et de multiples animations scolaires, je n’ai pas eu le temps d’ouvrir mon manuscrit en cours une seule fois depuis trois mois!

Je parlais de mes projets à mon mari au souper hier, et il m’a avoué qu’il aurait besoins d’une feuille de pointage pour s’y retrouver! Comme moi-même, je m’y perds, voici pour son bénéfice, le mien et le votre, un résumé de ce qui se passe dans mes dossiers.

Publications de l’automne 2019
J’ai trois livres qui seront publiés cet automne, chez trois éditeurs différents, et sur deux continents! En voici la liste, en ordre d’âge du public cible :

  • Pétronille Inc. T1 : Bave de crapaud bio, gros caractères (7 +), éditions Druide
  • Soutermonde T2 : Pénélope Justice, 9+, éditions Bayard Canada
  • La Promesse du fleuve : 10 +, éditions Castelmore.

Ils en sont environ au même point : les couvertures se finalisent, les réviseurs ramassent les dernières coquilles, et les illustrateurs sont en plein travail. Je devrais pouvoir commencer à laisser s’échapper plus de détail sur chacun dans les prochaines semaines.

Romans futurs
Là, il fallait s’y attendre, j’ai des projets dans à peu près tous les stades possibles de développement! J’aimerais bien vous dire qu’ils seront pour 2020, mais ce serait bien optimiste. Voici donc les gros projets qui m’occupent (et me préoccupent, c’est selon), en ordre de degré de complétion.

  • Pétronille Inc. T2 : Chauves-souris locales, TERMINÉ, éditions Druide, date de sortie inconnue.
  • Mon magical girl : TERMINÉ, mais n’a pas encore d’éditeur.
  • Les Abysses : C’est le fameux « manuscrit en cours ». Une nouvelle série, donc, qui n’en est qu’au quart du premier tome, et que j’aimerais bien terminer d’écrire d’ici la fin de l’année.
  • Soutermonde : Pas un seul mot d’écrit sur d’éventuelles suites, mais je peux vous confirmer que suite, il y aura! (multiples projets dans l’air!)

Comment ça des albums?
Oui, je sais, j’avais promis de ne plus m’y laisser prendre! Mais n’ayant pas le temps de me plonger dans un gros projet pendant mon printemps de rush, j’ai deux textes d’album qui sont un peu sortis tout seul, sans que je puisse les retenir. Les voici donc :

  • Mon coureurs des bois :  Éditeur trouvé, mais encore beaucoup de pain sur la planche.
  • Texte plus sérieux : TERMINÉ! En recherche d’éditeur.

Ce qui fait à peu près le tour! Je n’ai plus d’animations d’ici la fin de l’année scolaire, et il ne me reste que trois jours à faire pour terminer mon contrat de pige restant. Ce qui veut dire qu’à partir de jeudi, je serai à nouveau libre de travailler sur mes projets! En tête de liste, j’ai du travail à faire sur mon album de coureur des bois. Suivra un été dans le Soutermonde, puis la reprise des Abysses de septembre à décembre.

Du moins, c’est le plan!! On verra comment ça s’est passé au traditionnel bilan de fin décembre!

Share Button

Ne l’appelez plus Terre Promise!

Petites nouvelles de Terre Promise! D’abord pour dire que ça avance! J’ai rendu une deuxième version étoffée à la fin mars, et je m’apprête à remettre une troisième version, suite à leurs commentaires de direction littéraire cette semaine! Autant cette partie est demandante, autant j’adore voir mon manuscrit s’améliorer d’une version à l’autre. Ce sera certainement un livre dont je serai fière!

Aussi, pour vous dire qu’il change de nom! Il faut dire que, lorsqu’on fait une recherche pour « Terre Promise » sur le site de la Fnac, on trouve des livres bibliques, ainsi que ceci :

la-terre-promise_cover

Il y a également un roman adulte paru dans la dernière année qui porte le même titre, mais au pluriel. Sans compter les québécois qui m’ont pointé vers cette chanson d’Éric Lapointe.

Bref, Terre Pomise change de nom! J’ai reçu la proposition de l’éditrice la semaine dernière (que j’ai tout de suite acceptée). Voici son nouveau nom :

La promesse du fleuve

L’illustratrice de la page couverture a été choisie, l’argumentaire de vente avance à grands pas, et il a une date de sortie en France, soit le 19 septembre! Il reste à voir si la date sera la même au Québec! J’ai hâte!

 

 

Share Button

Avalanche de livres sur Facebook

Une de mes plus grandes déceptions par rapport aux médias sociaux y est l’absence de culture. On y parle bien parfois de télé, ou de cinéma, mais rares sont les personnes qui y partagent musique et lecture. Ce qui fait que, lorsque Corinne De Vailly m’a « taguée » pour y mettre 10 livres qui m’ont marquée, je n’ai pu résister!

Comme je l’ai fait sur mon compte personnel plutôt que sur mon compte d’autrice, je vous les mets ici, avec les commentaires accompagnant! Notez que j’ai volontairement évité les bandes dessinées, qui auraient mérité un palmarès de 10 à elles toutes seules!

flammarion091736-1982Jour 1 : J’ai mis Le Prince Caspian, mais ça aurait pu être n’importe lequel des Chroniques de Narnia, ou même du Pays d’Oz, tous découverts grâce à la collection du Chat Perché.

Jours 2 et 3: parce que j’ai oublié hier, et que, de toute manière, ils vont très bien ensemble, puisque le second est le pendant plus moderne du premier! Je ne sais plus quel professeur m’a imposé la lecture du Boris Vian, mais je le remercie! Ces deux livres m’ont appris qu’un texte littéraire n’était pas obligé d’être lourd, ni chiant, ni même de se coller au réel.

85600195Le-plus-petit-baiser-jamais-recense

Homeland_(D&D_novel)Jour 4: À partir de 14 ans, j’ai plongé dans la bibliothèque de mon frère. Il n’y avait que du fantasy en anglais. C’est ce qui m’a rendue bilingue, d’ailleurs! J’aurais pu mettre les Dragonlance, les Thomas Covenant, les Belgariads et bien d’autre, mais en fait, ceux qui m’ont le plus marqué sont ceux de R.A.Salvatore. Si l’internet avait existé à l’époque, je crois que je j’aurais écrit de la Fanfiction de Drizzt Do’Urden (possiblement dans laquelle il m’enlevait pendant mon cours de math pour m’amener visiter Icewind Dale)

Franny-and-zooey
Jour 5:
Parlant de mon frère (voir jour 4), c’est lui qui m’a mis Zooey and Franny de Salinger dans les mains, pendant un bout de ma vingtaine où je me sentais perdue. Je me souviens être sortie sur mon balcon rue St-Joseph pour pleurer toutes les larmes de mon corps. Pas que le livre était triste, mais il a provoqué un déclic, une sorte de reconnaissance de ma place dans ce bas monde, une réponse à « pourquoi vivre ».

la-belle-lisse-poireJour 6: Il y a un mot-clic qui se promène sur Twitter ces temps-ci: #MyFirstTimeOnline, qui raconte ce que les gens ont fait la première fois qu’ils se sont branchés sur Internet. Personnellement, c’était à l’université en 1994, et j’ai cherché pour voir ce que Pef avait écrit d’autre que le Prince de Motordu. J’avais vingt ans, et j’étais loin d’imaginer que la littérature jeunesse serait un jour mon métier.

514HHJ6FZRL._SX210_Jour 7: Pour moi, Tobie Lolness est LE roman jeunesse par excellence. Il représente l’idéal à atteindre, celui à travers lequel tous les autres livres (y compris les miens) seront jugés.

651469JOUR 8: De tous les classiques que j’ai lus, Les Lettres de mon moulin est lequel j’éprouve la plus grande tendresse. Le seul que je prends encore, parfois, pour le simple plaisir d’en relire un bout.

6460575JOUR 9 : Je ne rate jamais un livre de Robin Hobb. Même si je lis beaucoup moins de fantasy aujourd’hui, elle reste la seule autrice de laquelle j’achète systématiquement les nouveautés dès leur sortie. Et si c’est Liveship Trader (ci-dessous) qui a fait de moi une fan, je crois que ses Rain Wild Chronicles sont encore meilleures.

Jour 10 : On pourrait dire que je triche, puisque celui-là, je l’ai écrit plutôt que de le découvrir comme lectrice, mais la vérité est qu’aucun livre n’a autant changé ma vie que celui-là! S’il n’avait pas été publié, en aurais-je écrit d’autres? Ce serait facile de dire « oui, bien sûr… », mais la vérité est que je n’en ai aucune idée!Terra incognita - les naufragés de Chélon

Share Button

Censure plus sensée

funmoocfp.0b96f3cb73daAu début de la relâche, j’ai commencé un cours en ligne gratuit, appelé MOOC, offert par l’université de Liège et portant sur la littérature jeunesse. J’ai seulement un module et quart de fait, et j’apprends déjà tout plein de choses! Ma plus grosse surprise à date : la France doit passer tous les livres jeunesse devant un comité d’approbation avant de pouvoir les publier.

Surprise, entre autres parce que la littérature jeunesse française m’a toujours semblé tout à fait libre. Chose certaine, bien plus que celle de nos voisins du sud, qui s’effarouchent facilement de nos publications québécoises! (voir à ce sujet, cet article du Devoir)

Il faut dire que le texte de loi est bien fait ! Il indique que les livres ne peuvent présenter… « sous un jour favorable le banditisme, le mensonge, le vol, la paresse, la lâcheté, la haine, la débauche, ou tous actes qualifiés crimes ou délits ou de nature à démoraliser l’enfance ou la jeunesse, ou à inspirer ou entretenir des préjugés ethniques »

Je ne suis pas trop pour la censure en général, mais tant qu’à surveiller, j’aime cette idée de le faire sur l’intention plutôt que de compter le nombre de fesses. Après tout, à la question : « peut-on parler de tout en littérature jeunesse ? » la plupart des auteurs du genre vous répondront : « oui, mais pas de n’importe quelle manière ».  Si un comité de censure est mis en place pour éviter les abus, il ne faut pas non plus qu’il empêche la publication des merveilles que le prix espiègle (annoncé il y a peu) mettent en lumière chaque année.

En revenant sur le texte de loi, rions tout de même de la présence de la paresse dans la liste des choses à ne pas glorifier! Je me demande d’ailleurs bien comment Gaston Lagaffe a réussi à passer entre les mailles de ce filet! Surtout, cette interdiction semble de trop pour notre société moderne qui cherche un retour d’équilibre contre la culture du « workaolisme »* et des enfants en burn-out pour cause d’angoisse de performance.

En fouillant le sujet un peu plus, j’ai appris que le texte de loi appris dans le MOOC, et cité plus haut, avait changé depuis 2011. Il parle désormais de pornographie, de « danger pour la jeunesse » et de « substances psychotropes ». Dommage, j’aimais mieux l’ancien… espérons que le comité saura en faire usage avec sagesse plutôt que rigueur.

*Note à moi-même : écrire un album qui glorifie la paresse, le rien faire, le prendre son temps.

Share Button

Livres lus en 2018!

 Un des plaisirs d’être sur Goodreads, c’est d’y conserver des traces de ses lectures. Voici donc les miennes pour l’année dernière :

livres lus en 2018

Ce qui me fait un total de 37 livres. Il faut tout de même noter que je n’y ai pas inscrit les livres lus comme juge de prix littéraire, ni les albums, ni les bandes dessinées (ça en ferait trop!!!).

Je pensais qu’après mes résolutions 2017 d’alterner entre les livres français, québécois et anglophones, j’avais continué à lire des livres d’origines diversifiés. Je suis donc un peu déçue de mon résultat :

  • 7 Québécois
  • 7 Français
  • 1 traduit d’une langue autre que l’anglais

Ce qui laisse tout de même une forte majorité de livres anglophones! Il faut croire que certaines habitudes sont difficiles à casser!

Du côté jeunesse :
Beaucoup de bons livres jeunesse dans la liste ci-haut, mais seuls trois se sont mérités les fameuses 5 étoiles :

Et du côté adulte :

  • Neverwhere
  • Eleonor Olifant is completely fine
  • La vie d’artiste (J’ai fait une exception à ma règle de ne pas compiler les bandes dessinées pour ce dernier!)
  • No time like the past (the Chronicles of St Mary’s #5)
  • A second chance (the Chronicles of St Mary’s #2)

Les deux derniers font partie de ma nouvelle série-obsession, que je recommande fébrilement chaque fois que quelqu’un se plaint qu’il n’a plus rien à lire. La série m’a été recommandée par ma cousine Fanny, exactement comme ma série-obsession précédente (les fameuses Dresden Files). Je vous souhaite tous une Fanny dans votre vie!!!

Ma Pile à lire contient déjà plus de livres que n’en permet Marie Kondo dans la maison en entier, j’attaque donc la prochaine année de lecture avec enthousiasme! J’en suis d’ailleurs déjà à trois de lus, dont un qui s’est mérité 5 étoiles! Suivez-moi sur Goodreads pour ne rien rater!

Share Button

Bilan 2018 : une année tranquille!

Je m’y attendais, en fait! Après la montagne de publication de 2016, et le tourbillon de reconnaissance et de tournés qu’a été 2017, cette dernière année a été… tranquille! Tant mieux, il en faut des comme ça, histoire de se ressourcer, d’écrire au maximum, et de mieux repartir en grand pour 2019!

Publications :
Juste une, mais non la moindre! Nouvelle série, nouvel univers, possiblement mon plus déjanté jusqu’ici! Il fait son chemin tranquillement, on l’a vu dans la Presse, dans Les Libraires et dans Les Petits Pois Mangent Tout. Reste à voir si les lecteurs suivront le pas!

Je peux pousser un peu et y inclure ma première nouvelle littéraire, sortie sur le site Opuscules, ce qui nous fera :

- Soutermonde : Sammy Sans-Def
- Le ministère des objets perdus

Écriture :
Aors là, je me reprends! C’est la première année complète pour laquelle mes enfants partent tous à l’école avant 8h, ce qui m’a donné 5 heures de plus par semaines, et ça parait! J’ai écrit pendant l’été, aussi, ce que je ne fais que rarement. Bref, une grosse année d’écriture!

Dans l’ordre :

- Pétronille (Ma petite sorcière) Tome1
– Terminé Terre Promise, qui en était au 2/3 d’un premier jet en début d’année
– Pétronille Tome 2
– Soutermonde T2
– Magical Girl (premier jet!)

Et sinon, pas grand-chose à dire sur l’année qui s’achève! Je n’ai même pas pris de résolution sur lesquelles il me faudrait revenir!

Rendez-vous après les vacances de Noël pour voir si l’année qui s’en vient sera plus mouvementée, et en attendant, de joyeuses fêtes à tous!!

Share Button

Réinventer les collections

Le Salon du livre est également le temps de réfléchir sur mon industrie, au fil des découvertes et des conversations. Mon illumination cette année s’est fait sur ce que les éditeurs appellent les « collections ».

Commençons par les définir : une collection est une bannière sous laquelle un éditeur regroupe différents manuscrits d’auteurs différents. Contrairement à des séries, les collections présentes des univers différents. La plupart des éditeurs de longue date (Soulière, Tisseyre, Boréal, Bayard, etc.) ont de telles collections qui classent leurs livres par groupe d’âge.

Mon impression (qui est peut-être fausse, mes amis libraires me le diront!) est que ces collections fonctionnent toujours en milieu scolaire, mais sont sur le déclin auprès du grand public. Ces livres disparates se perdent dans l’immensité de la production jeunesse québécoise.

Collection Zèbre chez Bayard Canada
Collection Zèbre chez Bayard Canada

Il est temps de repenser la collection! Je me suis donc penchée sur trois d’entre elles qui remportent un certain succès, soit Tabou (de Mortagne), Zèbre (Bayard Canada) et Noir (Courte Échelle), afin de tenter d’identifier les critères nécessaires pour qu’une collection se démarque aujourd’hui.

#1 : Un look graphique unifié
Dans les trois cas, on peut reconnaître un livre de la collection d’un coup d’œil. Plutôt que de se contenter d’un petit logo, ou d’un indice sur la tranche, ils ont fait des choix de couleur et de style et l’ont appliqué à l’ensemble des couvertures. Il faut dire que les jeunes qui se cherchent un livre ne regardent que rarement le nom de l’auteur. Ils vont plutôt vers quelque chose qui ressemble au dernier livre qu’ils ont aimé! En terme marketing, ça répond au principe que, devant une trop grande sélection, le consommateur se replie vers ce qu’il connait. Le look graphique unifié est donc la meilleure manière d’encourager le lecteur à lire plusieurs livres d’une même collection. Le fidéliser, en somme.

Collection Noire chez Courte Échelle
Collection Noire chez Courte Échelle

#2 : Un genre niche
Encore ici, c’est un principe de marketing pour se démarquer dans un trop vaste bassin de choix. Si tu ne peux être les grands best-sellers, tu peux te tailler une place en devenant LA référence dans un genre plus précis. C’est le cas de la collection Tabou dont chaque livre est du type « témoignage de problème social choc », et de la collection Noire, qui offre des livres d’épouvante. Il ne faut pas tomber dans le piège de copier ces genres en pensant reproduire leur succès! Ces niches sont prises, mais plusieurs autres restent inoccupées! Juste comme ça, je liste la science-fiction, le surnaturelle, l’historique, l’imaginaire, l’humour, la romance, l’aventure, et le polar. Parlant de ce dernier, le succès du recueil Mystère à l’école chez Druide a justement prouvé la soif du marché pour ce genre… une occasion à saisir?

Collection Tabou chez De Mortagne
Collection Tabou chez De Mortagne

#3 : Un bon départ!
Les premiers livres de la série donneront le ton. S’ils sont ordinaires, les lecteurs bouderont le reste de la série. Le problème, c’est qu’en ne cherchant des livres dans un style spécifique, on réduit de beaucoup le nombre de manuscrits parmi lesquels faire son choix. Je crois que la meilleure manière de débuter une collection pour un éditeur est de demander d’avance des titres à des auteurs dont ils apprécient la plume, quitte à leur offrir des conditions de contrat plus alléchantes pour les attirer. Quelques gros noms au lancement donneront de meilleures chances à la collection de faire parler d’elle. Si les jeunes lecteurs se soucient peu du nom de l’auteur, ce n’est pas le cas des passeurs de livres et des médias! Une fois une certaine notoriété établie, les manuscrits et les lecteurs suivront le mouvement, tout simplement.

Alors, voilà, le fruit de ma réflexion de Salon! Qu’en pensez-vous?

Share Button

Que lire après les Chroniques post-apocalyptiques d’une enfant sage?

On me pose bien souvent la question à savoir s’il y aura une suite aux Chroniques. Comme je réponds par la négative, la question qui suit est à savoir si je peux suggérer des lectures qui y ressemblent. Pour un adulte, la réponse est facile : The Road, de Cormac McCarthy. En jeunesse… c’est moins clair!

J’ai donc fait appel à des experts-conseillers!

Voici donc les suggestions de Pierre-Alexandre Bonin, collègue auteur chez Bayard (entre autre de la série chasseurs de légendes), libraire jeunesse chez Monet, critique dans plusieurs médias, et érudit de littérature jeunesse en général!

Pierre Alexandre

Seuls au monde, Emmy Laybourne 
Une trilogie dans laquelle des jeunes de 5 à 17 ans survivent à la fin du monde en se réfugiant dans un centre d’achat. C’est un peu plus violent que mes chroniques, considérez-vous avertis!

Chroniques de l’après-terre,  Jacques Lazure
Une quête initiatique dans un monde post-apocalyptique, qui fait office d’ovni dans le paysage littéraire québécois!

Surréal 3000, Suzanne Martel
Considéré comme un des incontournables jeunesse Québécois, ce livre de science-fiction se passe à Montréal, bien après la fin du monde, assez longtemps pour que les humains se soient ré-organisés en société.

Voici celles de Sophielit! Grande prêtresse de la littérature 12 ans et plus, et plus récemment même de celle pour le 6-12 avec son nouveau site Les Petits Pois Lisent Tout (LPPLT pour les intimes!)! Vous pouvez cliquer sur les titres pour voir directement les critiques que Sophielit en a fait sur son site.

 sophielit

POD, Stephen Wallenfels
La fin du monde arrive par des extra-terrestres, mais la solitude, les besoins de survie et la débrouillardise sont bien les mêmes que dans mon livre à moi!

 Automne, Jan Henrik Nielsen
Juste pour la couverture, il est déjà tentant! Cette fois-ci, ce sont deux sœurs qui affrontent un monde post-apocalyptiques, dans un roman plus contemplatif.

Le Jardin des épitaphes, Taï-Marc Le Thanh
Ce n’est pas la première fois que Sophielit me conseille ce livre! Je vais bien devoir pas finir par m’y mettre! On y trouverait une plume magnifique et un monde original et bien monté!

Maintenant, les suggestions de Catherine Chiasson, Libraire extraordinaire à la passion contagieuse chez Bric-à-Brac Livre, une librairie de Montréal spécialisée en littérature jeunesse, critique, et juge sur divers prix littéraire!

Catherine Chiasson

Le deuxième étage de l’océan, Carle Coppens
Suggestion très accessible, puisqu’il est classé 8 ans et plus. Je dois surtout vous avouer que, depuis que j’en ai lu la description sur les Libraires, je n’ai qu’une envie : le lire moi-même!

Nous autres simples mortels, Patrick Ness
Je suis contente de retrouver du Patrick Ness ici, puisque c’est un auteur que j’aime bien moi-même. Son héros, ici, reste extérieur à la grande catastrophe qui ravage la terre, un peu comme mon Astride, cachée dans sa bibliothèque.

Les voleurs d’espoir, André Marois
Je vous parlais justement d’André Marois récemment dans un billet sur les nouvelles littéraires! Ce livre-ci est le premier d’une trilogie de science-fiction qui en vaut le détour!

J’y ajoute quelques suggestions de mon cru, qui, sans aborder exactement les mêmes thèmes que les chroniques post-apocalyptiques d’une enfant sage, leur ressemblent chacun à leur manière.

 Annie Bacon

La Cache, Sandra Dussault
Des adolescents se retrouvent pris sous l’école après une énorme catastrophe. Ça me semblait juste assez proche de mes thèmes pour faire une bonne lecture! En plus, il y a deux tomes!

L’importance de Mathilde Poisson, Véronique Drouin
Si les chroniques post-apocalyptiques ont étés nominés pour le prix du gouverneur, c’est L’importance de Mathilde Poisson qui a gagné! Avec sa jeune héroïne en proie à de nombreuses émotions et son côté discrètement fantastique, ils font tous deux d’excellents compagnons de lecture!

Le coup de la girafe, Camille Bouchard
Je dois l’avouer, c’est la seule de mes trois suggestions que j’ai lue moi-même! Et je le mets ici pour son émotion discrète, retenue, et pourtant absolument coup de poing!

Share Button

Tenter la France!

Illustration de Firkin prise sur openclipart.orgÇa y est, j’ai terminé le manuscrit de Terre Promise. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai attendu qu’il soit terminé avant de l’envoyer  à un éditeur. Pourquoi? Parce que j’ai envie de l’essayer en France.

Je m’explique.

Ça fait des années que j’espère qu’un de mes projets sorte du Québec. Chaque 31 décembre, lorsqu’on me demande ce que je souhaite pour la nouvelle année, c’est ma réponse. Or, pour ce que l’on appelle la « vente de droits » de manuscrit déjà publié au Québec, la chaîne est conçue pour que ce soit l’Éditeur qui s’en occupe. Il y a des exceptions, mais ça reste le chemin le plus fréquent. Même pour l’éditeur, qui est donc le mieux placé pour le faire, ce n’est pas chose facile. Alors, imaginez pour l’auteur.

Je crois que, pour l’auteur, il est plus facile de placer un manuscrit non-édité directement dans une maison française. C’est le pari que je prends avec Terre Promise. Je n’ai pas grand-chose à perdre de toute manière : je l’ai terminé trop tard pour qu’il soit publié ici à l’automne 2018. J’ai facilement jusqu’au mois de novembre pour le placer pour septembre 2019. Ça me donne quelques mois pour tenter le coup en France avant de le placer ici.

On m’a déjà averti que ça n’en valait pas la peine. Que les chiffres de ventes sont similaires, le milieu en crise,  les droits d’auteurs moins élevés. Je m’en fou, je m’essaie quand même! C’est une envie, un item sur la liste à cocher des choses que je désire accomplir.

Une sorte de défi personnel.

Ce ne sera pas facile! Je m’essaie avec un manuscrit étrange, possiblement mon plus hermétique à ce jour, plus proche de la fable que de l’aventure. Surtout, je recommence à zéro, en autrice inconnue! Je n’ai ni réputation, ni contacts (ou si peu); rien qui me permettra d’être mise sur le dessus de la pile des manuscrits à lire.

En bas de la pile, en bas de l’échelle.

On verra bien!

 

Share Button

Ces livres qui vous rendent meilleurs

ScreenHunter_01 Apr. 23 08.53Je lisais un article ce matin, qui mentionnait qu’une des influences importantes de la littérature sur ceux qui la consomment est une empathie accrue. Lire un livre, c’est marcher, quelques heures durant, dans les souliers d’un autre, et si cet autre est différent de nous, on apprend à la comprendre.

Je viens de lire un livre qui a fait de moi une meilleure personne.

C’est ma fille qui m’a mis Le Silence de Mélodie, de Sharon Draper dans les mains, elle qui me fournit pourtant principalement en mangas d’habitude. Le roman est raconté à la première personne, dans la peau d’une jeune fille lourdement handicapée physiquement. Non seulement elle se déplace en fauteuil roulant, mais elle est incapable de parler, de manger seule, ou de contrôler les mouvements de ses bras et de ses jambes, qui s’emballent tout seuls. Elle bave, aussi, parfois.

Une handicapée comme on en a tous déjà croisé.

Handicapée physique, donc, mais pas mentale! Son esprit est aiguisé, sa mémoire quasi photographique. Elle n’en est que plus consciente d’être traitée comme une moins que rien par les autres élèves, parfois même par certains professeurs. Au fil des pages, on comprend l’ampleur des difficultés qu’elle rencontre, physiquement comme socialement. Un peu comme le livre Wonder, mais en un peu moins Walt-Disney-rose-bonbon. Le tout n’est même pas lourd à lire, en plus, la plume est légère et divertissante, comme tout bon journal de jeune fille.

Chose certaine, après l’avoir lu, notre propre manière de réagir face à un.e handicapé.e comme Mélodie est changée à jamais… pour le mieux.

Share Button