J’aurais aimé aimer « Je lève mon verre »

Dans les derniers trois mois, j’ai fait très peu de création, et beaucoup de révision. Dans ces cas, le cerveau se branche sur la recherche de faiblesse, et tout le quotidien y passe. En chemin vers le Salon du livre de l’Estrie, je suis tombée sur une émission entièrement francophone à CKOI. Comme je n’écoute que de la chanson française, j’ai décidé d’y rester, et mon cerveau en mode « révision littéraire » n’a pas manqué de travail, bien au contraire!

En exemple, j’attire votre attention sur la chanson « Je lève mon verre » de William Deslauriers. Celle-là parce que, contrairement à bien d’autres, elle possède un embryon de grande chanson. Elle aurait pu devenir la nouvelle « gigue à Mitchounano»… avec un peu (beaucoup) de travail!

Notez bien en passant que lorsque je parle de beauté de la langue, je ne parle pas de nécessairement d’utilisation de langage soutenu versus une langue plus populaire. Renaud, Plume Latraverse et Richard Desjardins ont bien prouvé que la poésie pouvait se faire à partir de n’importe quel niveau de langage. Mais même en joual, il y a des formulations plus pauvres (plus laitte!) que d’autre.

Quelques exemples de ce que j’aurais retravaillé :

Je me questionne vraiment à savoir où est-ce qu’on s’en va
Sans être spécialiste je suis capable de dire que j’aime pas ça

La forme « je suis capable de dire que » est lourde est inutile. Si tu n’aimes pas ça, dis-le, c’est tout. Si ça ne rentre plus dans ta rime, dit autre chose de pertinent!

Je lève mon verre
À une terre qui devrait être sans frontière

Pas une fan du « devrait être »! C’est presque didactique. À une terre qui s’rait si belle sans frontière? À une terre que je rêve sans frontière? Autre? Je suis certaine qu’on peut trouver mieux.

Partout sur terre
les hommes font encore plus de misère

Je ne pense pas qu’on puisse « faire » de la misère. Et même si on pouvait, ça reste un verbe faible. Les hommes génèrent de la misère? Bâtissent de la misère? Se vautrent dans la misère? Pleins de choix!

J’admire beaucoup que le jeune Williams écrive ses textes tout seul, mais sa jeunesse et son inexpérience se sentent. Il aurait fallu que quelqu’un le retourne à son ordinateur et lui demande de retravailler le tout. En cette ère d’autopublication, on se demande parfois de quoi aurait l’air le milieu littéraire sans la présence des éditeurs et de leurs directrices littéraires…  et bien il aurait probablement l’air d’une chanson de William Deslauriers!

4 réflexions sur « J’aurais aimé aimer « Je lève mon verre » »

  1. Hum… Je comprends ce que tu veux dire, mais…

    Mais l’écriture de paroles de chanson doit parfois répondre à des impératifs très différents que ceux du texte écrit. Il y a des mots qui sonnent mal une fois chantés, dépendamment du rythme de la chanson (je pense à un « j’ai mal en d’dans » de France d’Amour qui sonne comme « j’ai mal aux totons ») et des capacités de l’interprête. Sans compter que le texte défile vite, alors il faut souvent des mots simples si on veut être compris de l’auditoire.

    Et puis, Plume était pas toujours poétique. En fait de direction littéraire, essaie donc de soumettre le texte de « Chambre à louer » à un éditeur pour le fun! lol! Sans la voix de Plume et la musique de Plume, la chanson ne tenait pas.

    Cela dit, je ne dis pas que tes critiques ne sont pas appropriées (je connais pas la chanson en question, parce que je suis vraiment pas une écouteuse de musique), juste qu’il est possible qu’elles ne soient pas appropriées au médium.

    Et puis, William Deslauriers s’est quand même démarqué d’un paquet de monde dont les chansons se sont pas rendues en ondes. C’est un genre de direction littéraire ça aussi. (Le même genre qui fait qu’un roman mal écrit devient parfois un best-seller : y’a pas que la forme qui compte)

  2. @Gen: et pour une fois, je suis complètement en désaccord avec toi! Quel que soit le médium, un texte pauvre reste un texte pauvre! Et même les best-sellers mal écrit on du passer par une phase de direction littéraire, alors pourquoi pas les chansons!

  3. Je te certifie qu’il existe des maisons qui ne font aucune direction littéraire. Et des fois ça donne quand même des best sellers! :p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *