Archives pour la catégorie Anecdotes

Visite chez Castelmore!

Au début de l’été, j’ai passé trois semaines de vacances en France : dix jours dans le Périgord, trois jours à Paris, puis une semaine sur le bord de la Méditerranée. Un mélange de campagne, de ville et de plage; des vacances parfaites!

J’en ai profité pour passer voir mon éditeur français, Casltermore, à Paris. J’ai pu rencontrer mon éditrice en personne pour la première fois, ainsi que tout le reste de l’équipe, en plus de visiter les bureaux. J’y ai vu des choses fabuleuses!!!

  • Une carte postale de Alejandro Burdisio un illustrateur de science-fiction que je suis sur Facebook depuis longtemps
  • Une peluche de la série MouseGard, que j’ai lu en comics américains
  • Un laminé du Paris des Merveilles de Pierre Pevel, dont j’avais beaucoup aimé le tome 1,
  • Une affiche d’un livre de Marc Gathis, scénariste de Dr who et Co-créateur de la série Sherlock, dans laquelle il incarne Mycroft, le frère du fameux détective.
  • Deux immenses peluches de Cthulhu! (Une des deux ci-dessous)

20190705_165926

Et encore ce ne sont que les détails dont je me souviens! Partout, il y avait des références à des œuvres que je connais, que j’aime, mieux encore, que j’admire. Je ne savais plus où donner de la tête! Il faut dire que Bragelonne, la maison qui chapeaute les éditions Castelmore, est spécialisée dans la littérature de l’imaginaire. Dans leurs bureaux, ça parait!

Et surtout, au milieu de tout ça, j’ai rencontré des gens sympathiques, chaleureux, accueillants, et clairement passionnés par leur travail!

Et pour la deuxième fois cette année, je me suis sentie, entièrement, chez moi!

Share Button

Mettre mes enfants à l’ouvrage!

Illustration tirée de clipart-library.comEn plus de ma direction littéraire ce mois-ci, j’ai accepté deux piges. Ça va, je gère! Je dirais même qu’un horaire plus serré me fait du bien!

Une des piges me demande d’écrire 30 courtes histoires sur le même thème. Pour avoir déjà fait quelque chose de très semblable pour le livre « 24 histoires de Noël », je sais une chose : dans un pareil cas, les 15 premières sont faciles à écrire… c’est après que ça se gâte! Passé ce nombre, on tourne en rond, comme si notre inspiration avait épuisé ce qu’elle avait de réserves pour le thème en question.

C’est là que mes enfants entrent en jeu!

J’ai transformé une boîte de mouchoirs vide en « boîte à idées », sur laquelle j’ai accroché la liste des dix histoires déjà écrites, sous forme de description hyper vague, pour leur servir de modèle et éviter les répétitions inutiles.

Pour donner quelques exemples, si j’y avais inscrit mes histoires de Noël, ça aurait ressemblé à ceci :

  • Le nez de Rudolphe ne fonctionne plus
  • Le chemin d’une lettre jusqu’au pôle Nord
  • Une petite fille veut sauver la dinde du jour de l’an
  • Comment fait-on les boules de Noël?

J’ai ensuite demandé à mes trois enfants de m’écrire des pistes d’histoires similaires, sur le thème de mon client. Afin de les motiver, je leur ai promis 2$ pour chaque idée que j’utiliserais (et non pour chaque idée qu’ils écrivent).

L’intention n’est pas qu’ils écrivent les histoires à ma place, loin de là! Je suis plutôt à la recherche de déclencheurs d’inspiration! Les enfants ont d’ailleurs été avertis qu’il serait bien possible que l’histoire finale ne ressemble que très peu à l’idée proposée.

Jusqu’ici, c’est un succès! Non seulement ils ont passé une belle heure à rigoler, crayon en main, tous les trois ensemble (déjà un bon « win »), mais j’ai déjà commencé à utiliser la boîte pour mes histoires de la dernière semaine, et quatre sur cinq ont été inspirées de leurs billets!

Cinq autres à écrire cette semaine… hâte de voir ce que je trouverai, dans ma nouvelle boîte à idée!

Share Button

Une lectrice plus importante que les autres

Au pied du lit de ma plus jeune
Au pied du lit de ma plus jeune

C’est connu chez nous : mes enfants ne lisent pas mes livres. Lorsque la plus vieille en aurait eu l’âge, elle préférait les romances, les romans miroirs. Je ne m’en formalisais pas, à chacun ses goûts. À 10 ans, mon garçon aurait pile l’âge de s’y mettre, mais c’est principalement un lecteur de BD, qu’il dévore à longueur de journée.

Mes livres sont disponibles, ils le savent. J’en ai même parfois laissé traîner dans leurs propres bibliothèques, mais je n’ai jamais insisté. Je ne veux pas les forcer, ils sont libres de lire ce qu’ils veulent. J’en viens parfois à me demande s’ils ont peur de les trouver moche et de devoir me mentir. Je les comprends un peu. Si mon père m’avait mis de son travail dans les mains, j’aurais fait la grimace, moi aussi.

Bref, leurs amis me lisent, mais eux non… Jusqu’à la semaine dernière.

Ma plus jeune,7 ans, m’est arrivée de l’école avec le premier Tome du Gardien des soirs de bridge. Elle était toute fière de l’avoir trouvé à l’école alors que sa professeure de 2e année avait décidé qu’ils étaient prêts pour des romans un peu plus substantiels. Elle s’est mise à le lire comme on le fait d’un livre d’école : 2 chapitres par jour, en s’inquiétant de ne pas le terminer à temps, malgré le fait que j’en ai une caisse complète dans mon bureau. Elle me parle des scènes qu’elle trouve drôles, me demande la signification d’un mot.

La veille de la remise du livre, elle ne l’avait pas terminé. Je lui ai donné une de mes copies. Elle m’a demandé de le lui dédicacer.

S’il est vrai que je ne me formalise pas que mes enfants ne lisent pas mes livres, je dois avouer que mon petit cœur de mère et autrice trouve ce partage bien doux.

Share Button

Paperasse à la française!

Comme vous le savez, j’ai signé récemment un contrat d’édition avec la France, et qui dit autre pays, dit autre paperasse! Ils m’ont donc envoyé une liste d’information dont ils auraient besoins pour m’envoyer mon avance. La liste en question :

  • Attestation de résidence fiscale
  • RIB
  • Attestation de sécurité sociale

J’ai alterné entre la panique et l’hilarité, parce que je ne comprenais aucun des trois items! Je me suis sentie comme une complète débutante!

Au moins, contrairement à une débutante, je ne suis pas sans ressources! J’ai donc demandé de l’aide à l’UNEQ, en me disant qu’ils en avaient probablement déjà vu d’autres! Internet et mon éditeur Français ont comblé les trous qui restaient encore par la suite. Je vous traduis donc, au meilleur de ce que j’ai appris, pour si jamais vous vous retrouvez dans la même situation que moi!

Attestation de résidence fiscale : c’est le plus compliqué des trois à obtenir! C’est un document qui permettra à l’employeur français de ne pas retenir d’impôts sur vos droits d’auteurs. Mon éditeur m’a fourni un formulaire, et j’ai suivi les étapes très bien expliquées sur le dite des la SACD, en me disant que ça devait être à peu près pareil!

RIB : Les lettres sont pour « relevé d’identité bancaire » et c’est en fait ce qui permettra à l’employeur de faire un virement directement sur le compte. C’est votre banque qui vous la donne. Étrangement, la première fois que je suis passée à la mienne, ils m’ont dit que ça devait passer par la maison mère et que ça prendrait 24 à 48 heures. Comme je partais en voyage pour 2 semaines, j’ai décidé d’attendre avant d’enclencher la procédure, et lorsque je suis revenue refaire ma demande, ils m’ont simplement griffonné des chiffres sur un bout de papier en déclarant « voilà! ». J’en suis encore à espérer que ça suffira!

Attestation de sécurité sociale : Pour avoir demandé à mon éditrice, un scan de ma carte d’assurance sociale aurait fait l’affaire. Ayant égaré ladite carte il y a belle lurette, j’ai dû aller en demander une nouvelle au plus proche bureau de service Canada. À ma grande surprise, ça n’a pris qu’une dizaine de minutes, attente comprise, et j’ai reçu un simple papier imprimé plutôt qu’une carte. Il semblerait que la carte plastique n’existe plus depuis quelques années.

Fiouf! Que d’aventures bureaucratiques! On n’en fera pas un roman palpitant, mais, si tout va bien, je suis prête à recevoir mon avance… et surtout, à commencer ma direction littéraire, qui devrait être la prochaine étape! Déjà hâte de m’y plonger!

Share Button

Un gros signe au néon…

Photo de Tadson Bussey prise sur flickr
Photo de Tadson Bussey prise sur flickr

Je parlais récemment des prix sur lesquels je suis juge, en disant qu’une des utilités était de donner une petite poussée aux auteurs listés, de leur dire « Tu es à ta place, continue »!

J’ai moi-même eu cette poussée avec mon premier livre, Les naufragés de Chélon, alors qu’il a été listé pour le prix Hackmatack.

Les gagnants pour le concours de nouvelles littéraire Lurelu ont été annoncés, et on y retrouve une situation bien particulière! Sachez d’abord que c’est un concours qui ne s’adresse qu’aux amateurs, les auteurs publiés n’y ont pas droit. Donc, il y a quelques jours, les deux autres juges et moi avons délibéré pour choisir le meilleur texte dans la catégorie 5-9 ans, puis celui dans la catégorie 10 ans et plus. Une fois les choix officialisés, Daniel Sernine, éditeur de la revue, a décacheté les enveloppes qui nous dévoileraient les noms des auteurs de ces deux textes gagnants…

… ils avaient été écrits par la même personne!

Sur plus d’une vingtaine de textes dans chaque catégorie, nous avons choisi deux textes de la même autrice amateur.

Je ne peux qu’espérer qu’elle prendra cette double victoire comme un gros signe néon lui pointant qu’elle est à sa place dans l’écriture, qu’elle a du talent, qu’elle doit continuer!

Retenez donc ce nom : Julie Marcotte, et surveillez son apparition sur une couverture de livre d’ici quelques années.*

En tout cas, moi j’ai déjà hâte de la lire!

*Et, en attendant, lisez ses deux textes dans le prochain Lurelu!

 

Share Button

Bilan d’été!

Cet été, je m’enlignais pour écrire durant les vacances scolaires pour la première fois depuis longtemps!

J’ai failli écrire un nouveau projet! Une opportunité qui s’ouvrait à moi, par hasard, et grâce à une copine d’université… mais les délais de démarrage avec l’éditeur m’ont fait décidé d’attaquer plutôt le prochain tome de Soutermonde!

Au total, j’ai donc écrit 13 000 mots, soit un peu plus du tiers du livre. J’en suis très satisfaite! L’année dernière, mon bilan était d’environ 1000 mots qui, en plus, n’ont jamais été publicés! Et les années précédentes… zéro, zéro, zéro!

Un succès, donc! Par contre, je dois l’avouer, ce succès est dû bien plus à ma belle-mère qui m’a pris les enfants plusieurs jours à deux reprises durant l’été qu’à mon assiduité à écrire pendant qu’ils sont dans mes pattes!

Bah! Peu importe la manière, n’est-ce pas le résultat qui compte?

Je suis surtout bien prête à reprendre le clavier de manière plus régulière alors que les enfants rentrent à l’école, et qu’il n’y a ni animations scolaires, ni salons du livre de prévus pour au moins un mois! À l’attaque!

Et pour ce qui est du projet repoussé…, je vous en reparle une fois qu’il est signé, promis! ;-)

Share Button

Écrire au milieu de la marmaille

illustration de GDJ prise sur openclipart.orgUn des aspects le plus merveilleux de mon métier d’autrice, c’est la flexibilité! J’écris quand je veux, au rythme que je veux. Tant qu’à pouvoir instaurer mes propres règles, j’ai fait le choix familial de ne pas écrire lorsque les enfants sont avec moi (à moins qu’ils ne fassent la sieste, mais ça n’arrive plus trop maintenant!). Durant l’été, je n’écris donc que très peu, et ce, depuis que la plus vieille est à l’école plutôt qu’en garderie. Elle a désormais terminé son secondaire 1, ça vous donne une idée de la ligne de temps!

Mais le temps avance, et les besoins des enfants changent. Les trois miens sont désormais capables de s’occuper plus de 5 minutes sans venir me voir, et d’attendre que je termine mon paragraphe avant que je réponde à leurs besoins. Ils peuvent venir me trouver s’il y a un problème aussi! Je peux me contenter de répondre aux plaintes, plutôt que d’anticiper les catastrophes.

Ce qui fait que pour le premier été depuis longtemps, je me suis donné un objectif d’écriture : la première partie du 2e Soutermonde, soit environ 10 000 mots. Certains auteurs vous diraient que c’est beaucoup, d’autres se riraient d’une aussi petite quantité;  dans ce métier, on a chacun notre rythme!

Je n’écris pas tous les jours, loin de là! Les sorties spéciales, les virées chez des amis et les vacances de mon mari ne comptent pas! Mais lorsqu’on passe une petite journée tranquille à la maison, j’essaie de trouver quelques plages horaires.

Vendredi dernier, par exemple, était une journée parfaitement efficace! J’ai écrit…

  • Le matin alors que les enfants faisaient « des écrans », permis jusqu’à 10 heures.
  • En après-midi alors que la plus grande était partie, le garçon occupé avec un ami, et la plus jeune concentrée sur ses poupées.
  • Au parc, pendant que tout le monde jouait dans les jets d’eau

En bref, une journée presqu’aussi productive que lorsqu’ils sont à l’école!

Petit bonus pour m’aider dans mon objectif?  Ma belle-mère m’a pris les enfants trois jours durant la canicule, et prendra la plus jeune à nouveau quand le reste de la fratrie sera en camps de vacances.

Bref, j’en suis déjà à 8000 mots, avec encore quelques semaines devant moi! Bientôt, mon seul problème sera de choisir entre prendre de l’avance sur mes rats, ou profiter du reste de l’été pour m’attaquer à d’autres plus petits projets!

Je vous en reparle si jamais c’est le cas! ;-)

Share Button

Une année d’animations!

Illustration de Gerald_G sur openclipart.orgIl fut un temps où, pour moi, les animations étaient un peu un mal nécessaire, une obligation en attendant que mes droits d’auteurs seuls me permettent de payer l’épicerie. J’étais nerveuse à chaque fois. Après tout, on ne devient pas nécessairement auteur parce qu’on aime parler en public!

10 ans plus tard, j’ai appris à apprécier ces journées passées avec les jeunes. À les aimer, même. J’ai pris confiance en moi, en mon animation, et le stress est désormais chose du passé. Ce n’est plus que du pur plaisir, et je n’imaginerais plus mon métier sans ces pauses d’écriture où je rencontre plutôt mon public.

Mon année scolaire s’est terminée jeudi dernier! En voici donc quelques détails:

L’avantage de planifier d’avance :
J’ai récemment pris l’habitude, lorsque je sais que je devrai aller dîner dans le coin, de regarder sur GoogleMaps pour trouver des restaurants bien cotés! Ça ne m’empêche pas d’aboutir au Tim Horton de temps en temps (à mon grand damn!), mais ça me permet tout de même de pas mal mieux manger en général!!!

Réalisation :
Qu’est-ce que Montréal est grande!!! Je l’ai sillonnée d’est en ouest cette année, et je suis impressionnée du nombre de kilomètres, d’écoles, et de bibliothèque qu’on peut trouver sur cette île!

Coup de cœur étrange :
Pour le Boulevard Gouin! Quelle drôle de rue, qui passe de la banlieue cossue, à la forêt, à des étendues de gazons, puis à la ville. On traverse y les écosystèmes aussi rapidement qu’au Biodôme! 

Nouveauté :
Pour la première fois cette année, j’ai rencontré des élèves du secondaire. Une agréable surprise, ils sont attentifs, intéressés, curieux. 

Mon anti-stress :
C’est aussi la première année durant laquelle j’ai un téléphone intelligent! Il faut l’avouer, lorsqu’on est sur la route, c’est fabuleux! Que ce soit pour naviguer en mode GPS, pour appeler l’école et les avertir d’un éventuel retard, ou mieux encore, pour contourner le trafic et ne pas arriver en retard du tout! 

Parlant trafic :
C’est officiel, il y a plus de trafic au nord de Montréal qu’au sud! Je suis restée prise une heure complète sur la 40, au beau milieu de la journée, alors que j’ai filé en flèche sur la 720 en pleine heure de pointe! 

Apprentissage :
On m’a appris que les adultes n’avaient pas le droit d’utiliser les toilettes des élèves! Oups! Je l’ai fait plein de fois par le passé! Je ne savais pas!!!

La meilleure histoire inventée cette année :
Une classe a proposé que le héros de l’histoire désirerait plus que tout au monde goûter à une pomme. On a donc inventé un monde dystopique dans lequel les pommes seraient interdites, et que seuls les professeurs auraient droit à un pommier dans leur salle de repos, puisque la pomme est leur symbole universel. L’histoire s’est rendue jusque dans le donjon de torture de l’école, dont seuls la directrice et le concierge ont la clé! Une belle folie collective!

Une primeur :
Un élève s’est endormi durant une de mes animations. Pauvre petit! La fin d’année est difficile!

Transformation des classes :
Il fut un temps où  les élèves étaient tous assis sur des chaises identiques. De plus en plus, on en voit assis sur des coussins à pics, sur des ballons, et même sur des vélos stationnaires!

Confisqué :
Un gadget à bouton supposé aider la concentration de l’élève. Ça l’aidait peut-être à se concentrer, mais ça nuisait à la concentration de tous les autres autour… moi y compris! Clic, clic, clic, clic. STOP! Désolée pour l’élève, mais…pas capable! Si les entreprises désirent que ça soit accepté dans les écoles, qu’ils les fassent silencieux!

Ne jamais généraliser…
C’est officiel, « les profs », ça n’existe pas! J’en ai rencontré de toutes les sortes, tailles, couleurs, mais surtout, de tous les niveaux de motivation! Il y en a bien parfois qui jouent sur leur téléphone pendant l’animation, mais il y en a tout autant qui sont de véritables passionnés à la fois d’éducation et de littérature jeunesse! Un gros merci à tous ceux-là!!!

Share Button

Autrice, pas journaliste!

jpointu1982_2291Dans mes nombreux désirs de choix de carrière (je vous parlais récemment de celui d’être créatrice de manèges!), il y a longtemps eu le journalisme. Découvert au cégep, alors que je fréquentais la gang du journal étudiant Le MotDit, et qu’ils ont fini par me convaincre de prendre la plume, j’ai continué à l’université de Sherbrooke au journal Le Collectif, duquel j’ai fait partie une année durant.

Lors de mon entrée en communications, j’ai hésité: journalisme ou multimédia? « Je prendrai la première lettre d’acceptation qui rentre », m’étais-je dit. Les deux lettres sont arrivées dans la même enveloppe. Un spectacle vu à La Ronde a fait pencher la balance vers l’interactif, et je n’ai plus fait de journalisme, si ce n’est 2-3 chroniques pour le site Babble.com.

Il y a deux semaines, le magazine Lurelu m’ont demandé si je pouvais leur écrire un article sur un sujet en particulier. J’ai sauté sur l’occasion, y voyant une bienvenue nouvelle avenue de pige. J’ai pensé que mon amour des mots et mes anciennes armes de journaliste étudiant suffiraient.

Quelle erreur!

Le sujet était poussé, et nécessitait beaucoup de recherche… et pas de celles qu’on peut faire tranquillement dans les livres. Le journalisme d’enquête ne m’est pas naturel! J’ai toujours préféré faire ma recherche à la bibliothèque des cigales, à la manière de Daudet. C’est pas pour rien que j’écris principalement du fantastique!

Bref, après quelques courriels qui m’ont demandé un effort colossal, et qui ne couvraient pas la moitié du travail nécessaire pour rendre un article décent, je me suis avouée vaincue. Je me suis désistée, en envoyant tout de même le résultat de mes efforts à l’éditeur du magazine, histoire de me faire pardonner de lui avoir fait perdre du temps en me pensant capable de m’improviser journaliste.

La vérité, c’est que je n’aime du journalisme que la chronique et la critique, un peu comme je fais dans ce blogue!

Le tout n’a fait qu’augmenter mon respect pour tout ceux qui pratiquent cette profession! Chapeau à tous! Je lirai l’article de mon remplaçant dans Lurelu avec le plus grand plaisir!

Share Button

Changer de bibliothèque…

20180424_130802
Magnifique Bibliothèque de Maisonneuve

Est-ce que vous seriez véritablement surpris d’apprendre que, depuis près de 25 ans, ma bibliothèque principale est celle du Plateau Mont-Royal. Le problème avec une telle fidélité, c’est qu’on finit par avoir un peu fait le tour des collections. D’ailleurs, systématiquement, le premier endroit que je regarde, à mon arrivée, est l’étagère des nouveautés!

Dans la dernière année, j’ai fait beaucoup d’animations en bibliothèques, un peu partout. Chaque fois, j’ai les yeux qui s’égarent sur les étagères! Que de découvertes! Changer de bibliothèque, c’est comme aller chez un ami pour la première fois lorsqu’on est jeunes, et ouvrir son armoire de jouets!

Avec le nombre de livres qui paraissent chaque année, aucune bibliothèque ne peut les posséder tous, mais lorsqu’on met dans le panier toutes les bibliothèques de l’énorme réseau de Montréal, on a soudain accès à l’équivalent de la bibliothèque d’Alexandrie!

20180501_100623
Je suis une piètre photographe!

Et comme toutes les bibliothèques de Montréal sont reliées les unes aux autres, j’ai pris la nouvelle habitude, lorsque je fais une animation à l’intérieur de ce grand réseau, d’amener les livres de bibliothèque que toute la famille avons terminé, et les changer pour d’autres pendant que j’attends le groupe scolaire qui est venu me voir! Utile + agréable, officiellement liés!

On découvre ainsi des merveilles! Mon garçon s’attaque aux livres de défis Scratch, ma grande varie ses sélections de mangas, ma plus jeune déchiffre les mini-livres de chez Fonfon et mon mari “binge-read” des Théodore Poussin. De mon côté, j’ai mis la main sur de nouveaux albums pour l’heure du conte (Le loup le canard et la souris, Adrien ne fait rien, C’est un livre) et sur le dernier Flore Vesco!

Bref, je suis désormais une usagère infidèle, et tout le monde est ravi!

 

Share Button