GRIS et l’émerveillement

J’adore être émerveillée! Que ce soit devant un paysage impossible, devant une œuvre d’art contemporaine, ou, évidemment, à l’intérieur d’un roman! Les non-initiés seront peut-être  surpris, mais l’émerveillement se trouve également…  dans les jeux vidéo!

Depuis deux semaines, je joue à GRIS, un jeu indépendant sur la Nintendo Switch. Je le joue les yeux ronds, la bouche ouverte, et le cœur palpitant. Sans un mot, avec à peine des fragments de narrations, ce jeu me transporte dans un autre univers. Je vous mets un vidéo ci-dessous, mais ça ne peut valoir le sentiment de jouer ce personnage, de contrôler soi-même ses déplacements dans ce monde où la beauté vous surprend à chaque détour.

Le « gameplay », ou éléments de jeu, si vous préférez, est très léger. C’est presque une simple balade, à peine agrémentée de quelques défis de réflexions. Tout à fait accessible aux non-gamers, si jamais le cœur vous en dit.

Mon seul regret? Le jouer sur une simple télévision. C’est le genre d’expérience pour laquelle la réalité virtuelle a été inventée!

Bon, peut-être un deuxième: ne pas être certaine qu’il soit possible de recréer un tel émerveillements avec de simples mots dans un roman… ce qui ne m’empêchera certainement pas d’essayer!

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>