Bien utiliser la mort

Illustration de Sirrob01 sur openclipart.orgSujet joyeux ce matin, parlons de la mort! Mais non, pas de celle de vraies personnes! De celle des personnages!

Mais juste avant, un message d’intérêt publique:

Je serai au stand de la Courte Échelle (#11) au Salon du livre jeunesse de Longueuil mercredi et samedi de 10h midi. Venez faire un tour!!

La mort, donc. Dans Terrienne, de Jean-Claude Mourlevat, un personnage important meurt de manière complètement gratuite dans la première moitié du livre. « Pourquoi un tel choix de la part de l’auteur? » m’étais-je alors demandée. Ma réponse : « pour monter le niveau de risque ».

Comme de fait, la mort est le plus grand risque que courent nos personnages. Plus elle rôde, et plus le suspense et l’action prennent de l’importance. Si en plus, comme auteur, on prouve qu’on n’hésitera pas à aller jusqu’au bout, le lecteur craindra d’autant plus pour la survie des personnages restés derrière. Le plus bel exemple possible étant possiblement A Game of Throne dans lequel G.R.R. Martin n’a aucun scrupule à tuer des personnages, et pas juste des secondaires!

À l’inverse, si on l’utilise mal, les enjeux disparaissent. J’adorais la série Dragonships Of Vindras de Margaret Weis et Tracy Hickman, jusqu’à ce qu’un des personnages meurt… puis non finalement. Un cœur qui arrête de battre quelques secondes et se ravive sous les coups de poing du docteur (allô Lost!), c’est une chose. Mais les auteurs des Dragonships étaient allés trop loin dans cette supposition de mort. Le corps était bien là, et les rites funèbres avaient commencé. Voler cette mort au lecteur déjà en peine équivalait à dire : « ce personnage ne mourra jamais ». Et si de danger est écarté à jamais, à quoi bon lire le reste?

La Bande dessinée « Seul » a fait bien pire, je ne rentrerai pas dans les détails, mais je leur en veux encore!

Bref, assumez vos morts, ou ne tuez personne, mais de grâce, ne restez pas pris entre les deux!!!

 

Share Button

3 réflexions au sujet de « Bien utiliser la mort »

  1. Tout à fait d’accord avec toi : la mort, il faut bien l’utiliser.

    Et je dirais qu’en l’absence de mort, un moment donné si la série s’étire, elle perd toute tension. Mais bon, moi je suis sadique, on le sait! 😉

    A Game of Thrones, c’est sans doute LE meilleur exemple de mort qu’on n’attendait pas, qui scie les jambes du lecteur et qui lui fait comprendre qu’il doit s’attendre à tout.

    L’autre exemple de mort parfaitement utilisée, c’est Stephen King, dans The Dark Tower, lorsqu’il fait mourrir Eddie. C’est tellement peu glorieux, le lecteur en a le coeur arraché. Cette page-là de ma copie du roman est gondolée de larmes à jamais j’pense!

  2. Je suis tout à fait d’accord avec toi!

    Du coup, j’ai peur pour ton Victor Cordi et sa grand-mère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *