Archives pour la catégorie Lectures

Retour sur ma résolution littéraire de 2017

Afin de varier mes horizons littéraires, je prenais en janvier dernier la résolution de lire, en alternance, des romans anglophones, francophones, et québécois. Sans avoir réussi la parité parfaite, je suis tout de même satisfaite du résultat :

  • 12 romans québécois
  • 14 romans français
  • 17 romans anglophones
  • 1 roman islandais traduit en français

Pour un total de 44 romans, que voici :

Tiré de ma liste Goodreads!
Tiré de ma liste Goodreads!

Parlons d’abord de littérature générale :

La quête pour mon auteur québécois ne s’est pas résolue, mais je suis tout de même tombée sur deux coups de cœur, soit Maître Glockenspiel de Philippe Meilleur, dont je vous ai déjà parlé ici, ainsi que Griffintown de Marie-Hélène Poitras, un western dans le Montréal moderne à la fois original, divertissant, et fichtrement bien écrit, un tour du chapeau rarissime!

Du côté français, la tentative de roman adulte de Thimothée de Fombelle, mon préféré lorsqu’il écrit du jeunesse, m’a laissée de glace. J’ai bien aimé découvrir Jean-Marie Blas de Roblès et Erik Orsenna, mais mon coup de cœur officiel va à Jean Teulé et son Magasin des suicides, pour son univers gothique attachant et pour sa fin couillonnée qui nous laisse sans voix!

Mes lectures anglophones entrent un peu plus dans la catégorie des « page-turners »! J’ai continué mes séries entamées (Dark Tower, Sin du Jour, et n’importe quoi qu’écrit Robin Hobb), et en ai découvert une nouvelle, soit The Chronicles of St-Mary’s, dans laquelle une héroïne merveilleusement imparfaite organise des missions dans le temps (Merci Fanny!). Je dirais que mon coup de cœur de ce côté irait à The library at Mount char de Scott Hawkins qui, bien qu’un peu glauque par moment, m’a tenu en haleine jusqu’au bout. Je le recommande particulièrement à ceux qui m’ont poussé à lire The Dark Tower (Gen, P-A, ça serait vous deux!).

Au niveau de la littérature jeunesse…

J’ai aimé Pax et Wonder, comme tout le monde, mais n’ai pas été convaincue par A Wrinkle in Time. Le film sera peut-être mieux! Rooftoppers de Katherine Rundell était une belle découverte (Merci Sophielit!), et ce retour me rappelle que je devrais investiguer ses autres titres. Mais la plus belle réussite reste Songe à la douceur, qui est bien plus qu’un simple bon roman, c’est un tour de force! Rien de moins!

 

Je continuerai probablement avec cette résolution, mais sa retombée parfaite l’a rendue moins nécessaire. Je réalise que j’ai désormais, dans ma pile à lire, des livres des trois origines, sans distinction!

Et de votre côté, des découvertes extraordinaires que je devrais lire en 2018?

Share Button

Des coups de cœur pour vos dessous de sapin

 Voilà, décembre est arrivé, et entre mes contrats de pige pour le Père-Noël et mes enfants qui hurlent pour ouvrir le calendrier de l’avent dès le réveil, je ne peux me cacher le fait que Noël arrive! Êtes-vous prêts? Moi non plus!

Pour vous aider dans vos listes de cadeaux, voici quelques-uns de mes coups de cœur de l’année! Il y en a pour tous les âges, et n’hésitez pas à les acheter aux professeurs de vos enfants pour leurs bibliothèques de classe. Vous pouvez également, bien entendu, faire un tour du côté de ma page Publications, où mes propres livres sont classés avec âge approprié à la clé! Toujours pas trouvé?  La Fabrique Culturelle a fait un quizz Facebook pour les jeunes! Ils n’ont qu’à choisir leurs images préférées dans un choix de quatre pour se faire proposer des livres. Comme un quizz « quel animal totem avez-vous », en plus utile!

9782924332146_largeLe loup dans le livre (2-4 ans, ou 6-7 ans!)
J’ai offert ce livre à ma fille après le Salon du livre de Montréal. Étant en première année, elle commence tout juste à lire… et Le loup dans le livre est devenu le premier qu’elle a lu toute seule. Il faut dire que le texte est très simple, avec juste ce qu’il faut de répétitions pour faciliter la lecture et la compréhension. La chute est rigolote et satisfaisante. Fait un très beau cadeau pour un professeur de première année, aussi! Dans le même genre de « je lis tout seul », la même maison d’édition a également Toto dans la pomme.

9782924645154_largeMon étrange famille (3+, pour futurs fans de Tim Burton)
Il y a des livres qui sont confortables, et il y a ceux qui élargissent l’esprit! Mon étrange famille est de ces derniers. Poétique, artistique, quasi-gothique, il ouvre des portes dans le cerveau des petits lecteurs. C’est un livre catalogue qui liste des personnages tous plus loufoques les uns que les autres. Les rimes sont agréables lorsqu’on tombe dessus, sans alourdir le texte, et les illustrations de Marion Arbona regorgent de petits détails sur lesquels s’attarder avec les enfants. Un de ces livres que j’aurais aimé écrire.

9781443145398_largeAmulet et autres romans graphiques (8+)
Je connais Amulet depuis longtemps, ayant même rigolé de la similitude avec la page couverture du premier Victor Cordi dans un billet de 2012! Mais il aura fallu ma tournée au Nouveau-Brunswick pour que je m’y plonge enfin! Et quelle plongée! Cette série de romans graphiques m’a tenu en haleine tout le long! C’est de la bonne aventure, originale et enlevante. J’attends la suite avec impatience, comme tous les autres lecteurs. Dans le même genre, la série Bones est un must, et pour les romans graphiques, si votre pré-ado est plus du genre « vie quotidienne » qu’aventure fantastique, tout ce que fait Raina Telgemeier est de haute qualité.

9782075075398_largeRobot Sauvage (8+)
C’est mon coup de cœur de l’année en roman jeunesse. Dans le même genre, la plupart des critiques lui ont préféré Pax, mais moi, le quotidien pastoral de ce robot perdu en pleine forêt est sans égal. Les aventures vécues y sont toutes simples, on se croirait presque dans le vent dans les saules, mais le Robot Sauvage est attachant et offre une vision toute nouvelle du principe de l’étranger en terre inconnue. Se lit probablement très bien à haute vois à un lecteur récalcitrant… je me demande si je n’en commencerai pas moi-même la lecture à mes deux plus jeunes.

9782760942257_largeLui/Nous/eux (12+ et adultes)
Je dois l’avouer, je n’ai lu que « Nous », mais quel livre! Patrick Isabelle attaque un sujet très difficile avec un doigté hors pair. La trilogie suit un jeune délinquant avant (eux), pendant (nous), et après (lui) son incarcération. Ce sont des livres qui pognent aux tripes, qui font réfléchir, qui amènent une empathie nouvelle. À lire soi-même et à faire lire à ses ados pour pouvoir en discuter ensuite.

Share Button

Mourlevat et Meilleur, analyse de deux imaginaires

Ce ne sera une surprise pour personne, j’aime les imaginaires qui sortent de l’ordinaire. J’ai fini par me tanner du fantastique classique à la Tolkien et recherche désormais l’originalité au dessus du reste. Dans la dernière année, deux livres ont retenu mon attention : La rivière à l’envers de Jean-Claude Mourlevat, et Maître Glokenspiel de Philippe Meilleur.

919YlvwXwzLLa rivière à l’envers
Ce livre est plus proche du conte ou de la fable que du roman. On y retrouve une forêt qui nous fait oublier du reste du monde le temps qu’on la traverse, un sommeil dont on ne peut s’extirper qu’en entendant des mots précis, différents pour chaque personne, et, évidemment, la fameuse rivière du titre, celle qui coule du bas vers le haut. Chaque nouvelle scène nous transporte dans un univers lyrique enchanteur. Je viens de commencer le deuxième, il est, jusqu’à date, tout aussi savoureux. J’aimais déjà Mourlevat pour Terrienne et le Chagrin du roi mort, mais là, il frappe exactement dans mes goûts!

mo_9782896497492Maître Glockenspiel
Complètement différent! On y retrouve un dictateur amoureux de sa collection de bombes qui règne comme un imbécile sur un royaume où les employés de font écraser dans des presses hydrauliques pour que leur sueur soit récoltée et transformée en blocs de richesse. On peut aussi y acheter de nouvelles personnalités, et les décisions politiques sont prises par match de luttes… scriptés d’avance, évidemment! Un charme fou! Surtout que l’intrigue y est très bien tissée!

 

La différence entre les deux? Le premier utilise l’imaginaire pour émerveiller, et l’autre l’utilise comme satire sociale. Grosse différence, qui dicte la direction de l’imaginaire de chacun des deux auteurs.

Je dois vous avouer que, pour Terre Promise, mon manuscrit en cours, je passe un peu de l’un à l’autre pour le moment. Est-ce que je finirai par choisir mon camp, ou est-ce que je réaliserai qu’ils peuvent coexister harmonieusement? Ça reste à voir!

 

 

Share Button

Le prix Hubert Reeves

Cette année, j’ai été juge pour le prix Hubert Reeves, qui récompense les meilleurs livres de vulgarisation scientifique. Évidemment, j’étais sur le panel de juges pour le prix jeunesse!

Il fut un temps ou la délibération entre juges m’aurait terrifiée. Plus jeune, je n’étais pas du genre à aimer la confrontation. Avec l’âge, j’ai pris de l’assurance dans mes opinions, et surtout, j’ai appris à prendre plaisir dans l’échange d’arguments avec des personnes d’opinions divergentes. Tout le processus a donc été un grand plaisir! Sur les sept livres en nomination, voici donc les deux qui ont retenu notre attention, à moi et aux autres juges.

En_route_vers_les_etoiles_C1En route vers les étoiles
C’est le grand gagnant de cette année! Un livre qui vous transporte dans un hypothétique voyage au-delà de notre système solaire (j’ai failli écrire « scolaire », quel beau lapsus ça aurait fait!). Le livre a ses défauts, mais il réussit un tour de force en vulgarisation scientifique : celle de faire réfléchir par sois-même pour imaginer des avancées futures en science. Ma plus vieille m’a rejoint en cours de lecture, et on s’est imaginé ce que l’on amènerait dans notre vaisseau. Les questions sont même allées dans l’ordre de l’éthique : devrait-elle permettre la culture des arachides comme source de protéine sur son vaisseau, elle qui y est allergique?

9782897740184_mediumLa coquerelle
Il faut l’avouer, toute la collection « les petits dégoutants » d’Élise Gravel est une merveille, et les enfants les adorent! Si le livre arrivait derrière le gagnant en comptabilisant les points donnés par les juges sur la grille d’évaluation, on n’en était pas moins tous amoureux! C’est pourquoi il s’est valu une mention Coup de cœur, complètement mérité!

Petit guide dinosaures_C1Le petit guide des dinosaures
J’en profite pour attirer également votre attention sur le gagnant de l’année dernière, entre autres parce que j’ai eu le plaisir d’en rencontrer l’auteur, Elliott, qui avait 8 ans au moment de son écriture, et qui m’a impressionné par sa maturité et sa facilité à parler au micro!

N’ayant pas eu le plaisir de le lire moi-même, je ne peux dire que ce que j’en sais : c’est un documentaire très bien vulgarisé , qui permet de répondre à de grandes questions, et de découvrir de nouvelles sortes de dinosaures, leurs ancêtres et leurs descendants.

Share Button

Je Bouquine et la découverte de nouveaux livres

BookshelvesScholastique a récemment publié une étude sur les habitudes de lecture des jeunes canadiens. Le tout est plutôt positif, mais une statistique plus problématique retient l’attention : près de 50 % des enfants disent qu’ils ont du mal à trouver des livres qu’ils aiment.

Ce n’est certainement pas faute de choix! L’offre en jeunesse n’a jamais été aussi énorme et diversifiée. Mais avoir trop de choix peut paralyser un consommateur. En marketing, ils appellent ça le « paradoxe du choix », du nom d’un livre de 2004 ayant mit le doigt sur le problème et prouvé depuis par de multiples tests et études. Devant l’abondance, on a besoins de guides pour faire le tri et nous indiquer ce qui risque de nous plaire… c’est le travail des médias.

Avec Internet, ses booktubes, ses blogues littéraires et les sites comme Goodread et Babelio, les manières de découvrir de la lecture sont nombreux, mais est-ce que les enfants y trouvent leur compte? La plupart des sites de littérature jeunesse que je connais s’adressent plutôt aux passeurs (libraires, bibliothécaires, professeurs, parents), et si les grands ados peuvent suivre ces sites avec autant d’intérêt que leurs aînés, je ne suis pas certaine qu’il en est de même pour les plus jeunes.

Arrive cette petite merveille que j’ai découverte à force de signer dans des kiosques de Bayard.

ScreenHunter_02 May. 14 07.11

Je Bouquine est magazine littéraire qui s’adresse aux jeunes. Qui parle de lectures, d’écriture, mais aussi de culture plus générale (musique, pop-culture, jeux vidéo). Pour découvrir de nouveaux romans, c’est fantastique! Et cette fois-ci, on s’adresse clairement directement aux jeunes, tant dans la forme que dans le fond.

Et je me prends à rêver de la même chose en littérature jeunesse québécoise! Parmi mes rêves :

  • Une sorte de revue « Voir » culturelle, mais pour les enfants, qui serait distribuée gratuitement dans les mêmes points de vente (bibliothèques, centres sportifs, etc.)
  • Un cahier détachable au milieu du magazine « Les libraires » que les parents lecteurs pourraient nonchalamment laisser traîner à la maison…
  • Le retour de « la petite presse », mais pour le Journal de Montréal, puisque le premier n’existe plus papier et qui offrirait des critiques culturelles (musique, livres, jeux vidéo) en plus de vulgarisation de sujets d’actualité.
  • Un simple feuillet à imprimer, offert par Sophielit ou Campagne pour la lecture, que les professeurs pourraient imprimer et mettre à disponibilité des élèves en l’accrochant au babillard de la classe chaque mois.
  • Des intermèdes littéraires à VRAC, dans lesquelles des auteurs lisent des extraits de leurs livres, entourés d’animations simplistes qui viendraient illustrer le sujet.

Pourquoi des solutions « papier » plutôt que numérique? Parce qu’à cet âge, les parents (moi y compris) restreignent bien souvent le temps d’écran, ce qui fait que les jeunes préfèrent utiliser ces précieuses minutes pour jouer et se divertir plutôt que de s’informer.

Share Button

Une grande envie de lire en français  

2000px-Flag_of_French_language_(QC-FR).svgIl y a quatre ans, j’annonçais sur ce blogue une résolution de lire plus en français. Un livre sur deux, que je proposais. Le tout avait bien marché pour l’année en cours, mais a oscillé en dessous du 50% dans le dernier deux ans… surtout à cause des 16 Dresden Files que je me suis tapée!

Or, cette année, je ne sais pas si c’est le climat politique américain qui m’y pousse, mais j’ai de grandes envies de consommer francophone. La résolution cette fois-ci est de faire une suite : livre en français, livre québécois, livre au choix.

41wgTGzNV6L._SX195_Pour le moment, je suis dans la lecture du Journal d’un vampire en pyjamas, de Mathias Malzieu, mon auteur français préféré, le seul duquel j’ai tout lu. J’ai ensuite Du bon usage des étoiles de Dominique Fortier qui m’attend sur ma table de chevet, une recommandation de mon mari qui l’a lu il y a quelques années.

Mais après?

Le problème est que, si on sort du jeunesse, je ne m’y connais pas beaucoup en littérature francophone! Le second problème, c’est que je suis difficile. J’aime l’imaginaire, mais suis lassée des romans de cape et d’épée. J’aime désormais mon imagination plus fabulatrice, à la limite du poétique. Je ne sais même pas si ça existe au Québec!

D’ailleurs, je n’ai toujours pas d’auteur québécois préféré. J’aime bien Nicolas Dickner, ainsi que Marie-Renée Lavoie, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il y en a un autre, un rêveur caché dans un coin quelque part, qui a écrit des livres juste pour moi.

Pour me monter une liste, j’ai donc fait appel aux prescriptions littéraires. En jeunesse, la section « à la rescousse » de Sophielit m’a très efficacement répondu! Cliquez ici ou sur l’image ci-dessous pour voir tant ma question que le résultat:

ScreenHunter_01 Jan. 29 17.07

L’équivalent adulte (parce que je lis des deux!), soit les « prescriptions littéraires » du site Leslibraires est présentement en reconstruction. Chou blanc de ce côté-là.

Alors, je fais appel à vous : quelque chose dans l’adulte francophone à me recommander? Quelque chose d’original, qui saura m’émerveiller? Me transporter? Me surprendre et me toucher? Sans les lire tous, j’investiguerai chaque suggestion, promis!

Share Button

Bilan 2016

Avant d’écrire ce bilan, je suis allé voir les « prédictions 2016 », le billet que j’avais écrit en janvier dernier et qui tentait de prédire mon année. Un an plus tard, voici ce qu’il en a été :

Livres publiés :

Les trois livres prévus ont bien été publiés, mais un quatrième livre s’est ajouté à la liste! Je pensais que le dernier Victor Cordi, écrit au printemps, ne sortirait qu’en 2017! Surprise,  il est sortie en octobre, ce qui m’a concocté un automne du tonnerre!

  • Victor Cordi cycle 2, livre 2 : la grande évasion
  • Victor Cordi cycle 2, livre 3 : Le prix de la paix
  • Le gardien des soirs de bridge TII : Dans la baignoire
  • Chroniques postapocalyptiques d’une enfant sage

Livres écrits :

J’ai bien écrit le Victor prévu, et il ne devrait me rester qu’une révision papier à faire sur le troisième gardien des soirs de bridge lorsque sonnera le début des vacances. Je parlais déjà, en janvier, d’un « projet plus long » que je désirais écrire. Il s’agissait de mes rats, sur lesquels je n’ai réussi qu’à écrire un premier tiers. On le retrouvera donc de nouveau dans la liste des prévisions 2017!

  • Victor Cordi cycle 2, livre 3 : le prix de la paix
  • Le gardien des soirs de bridge TIII : Derrière les rideaux (en cours de re-travail)
  • Rats : La légende de Donny (30% terminés)

Livres lus :

Chose rare, j’avais également mis une liste de livres à lire, sorte de résolution de lecteur, dans laquelle je disais que j’allais lire quelques classiques. En relisant la liste, je réalise que je n’en ai lu que trois, ce qui est déjà mieux que rien! (évidemment, j’ai aussi lu plein d’autres livres, mais seuls ces trois-là peuvent être considérés des classiques).

  • Moby Dick (profondément détesté!)
  • La grosse bonne femme d’à côté est enceinte (long à embarquer, mais accro à la fin)
  • Sa Majesté des mouches (Plus qu’adoré! Mis sur un piédestal et prosternée devant!)

Sinon, 2016 aura également été l’année où…

En bref, une très bonne année! Sans catastrophe, et avez un automne qui me laisse espérer un 2017 plutôt excitant!! D’ici là, je vous souhaite à tous de très belles fêtes, on se retrouve de l’autre côté du jours de l’an!

 

Share Button

J’ai lu le dernier Harry Potter…

9781338099133Je suis une fan d’Harry Potter, je ne le cache pas. J’ai lu les sept romans deux fois, j’ai la tasse, la baguette magique, et même un déguisement pour le Comic-con! Lorsque le script de la pièce de théâtre est sorti, annoncé comme la 8e histoire, je n’ai pu m’en empêcher! Et comme plusieurs personnes (2, en fait), m’ont dit qu’ils seraient intéressés à entendre ce que j’en ai pensé, en voici ma critique!

Harry Potter and the Cursed Child

 Commençons par le positif: c’est une histoire d’Harry Potter, et je suis tellement attachée aux personnages que je pourrais lire avec ravissement n’importe quoi qui les impliquent. L’effet nostalgie marche et nous plonge dans Harry Potter and the Cursed Child malgré nous, particulièrement lorsque des événements du 4e tome sont revisités. Les scènes revécues ravivent notre mémoire du plaisir que nous avons eu à les lire la première fois et nous offrent un certain semblant de bonheur de lecture!

 L’histoire marche, aussi. Je me suis laissée prendre au jeu, été surprise des dévoilements me suis inquiétée qu’ils ne s’en sortent pas. Jusque-là tout va bien.

 Le problème, c’est que Ron, Harry et Hermione, ces héros que l’on a tant chéris, sont plongés dans des rôles beaucoup moins reluisants. Harry, surtout, est presque le « méchant » à certains endroits du livre, et ce revirement de situation fait mal. Quel fan a vraiment envie de voir Harry en père inadéquat? Il faut dire que les défauts qui rendaient ces héros attachants comme enfants les rendent plutôt insupportables comme adulte. Et même si les auteurs (même si J.K.Rowling a approuvé l’histoire, elle n’a pas écrit la pièce) ont tenté de garder leurs personnalités intactes, on ne reconnait pas leurs voix. Surtout pour Ron, qui me semble pour sa part être complètement à côté de la track!

 Si l’écriture sous forme de pièce de théâtre s’oublie rapidement, on m’a fait remarquer que c’est un style littéraire presque dénudé de descriptions, puisqu’il en revient plutôt au réalisateur et à son équipe de faire vivre le décor. On ne voit donc pas les scènes dans notre esprit comme on pouvait le faire si facilement sous la plume de Rowling. Le « world building » qui fait la force de la série est totalement absent de la pièce. On n’y apprend rien de neuf, mais on s’amuse avec les suppositions, un peu comme un épisode de Star Strek qui se passe entièrement dans le Hollodeck (métaphore de geek!)

 Finalement, mon verdict final : on a l’impression de lire une « fanafiction ». Ce n’est pas une insulte, il en existe de très bonnes… il faut juste ne pas s’attendre à ce que cet opus soit une 8e histoire d’Harry Potter.  C’est une fantaisie à côté, un « what if » qui permet aux fans de s’accrocher à une certaine nostalgie, confortable par moment… mais desctructrice pour nos illusions par d’autres.

Share Button

12 août et coups de cœur albums québécois

734785_939774516060160_6925876937462336531_nPour la troisième année, l’événement le 12 août j’achète un livre québécois est de retour! Cette année, je participerai non seulement en tan qu’acheteur, mais également en tant qu’auteur avec trois séances d’écriture en direct chez Bric à Brac livres, située au 2011 rue Aylwin, près de la rue Ontario.

Vendredi: 16h30 à 17h30
Samedi 10h à 11h
Dimanche 11h à 12h

Inscrivez-vous à l’événement Facebook pour les derniers détails

 Je profite de l’événement pour vous présenter quelques uns de mes coups de coeur de la dernière année, du côté des albums québécois!

9782897112479Une cachette pour les bobettes
Véritable petit bijoux qui raconte une même journée, vue par quatre personnes différentes dans une même école. D’une version à l’autre, les pièces de l’histoire de mettent en place comme celles d’un casse-tête pour venir bonifier les versions des autres. On entend littéralement les rouages du cerveau des petits lecteurs tourner en cours de route, et quelle fierté lorsqu’ils font eux-mêmes les liens. Un must, surtout pour les plus vieux lecteurs d’album (4 à 8 ans)

9782895796527L’ensemble de l’œuvre de Caroline Merola
Au Québec, lorsqu’on parle d’auteurs d’albums exceptionnels, les noms de Élise Gravel et de Marianne Dubuc sont ceux qui reviennent le plus souvent. Moi, j’ai une nouvelle préférée, et c’est Caroline Merola. Chacun de ses albums a un petit élément de magie. L’année dernière, j’avais découvert l’île aux monstres, dont chaque illustration présente une image différente lorsqu’on retourne le livre. Cette année, j’ai découvert Ça commence ici, qui joue avec le sens de lecture, ainsi que Jack le héros, qui permet cette fois-ci, de jouer sur la perception des intentions d’un des personnages. Je les recommande tous,  sans exceptions.

9782897111687Aux toilettes
Encore un album pour faire réfléchir les enfants. Il faut dire qu’André Marois est avant tout auteur de polar, et le livre réussit de main de maître à monter le mystère. Chaque fois qu’un élève revient des toilettes, le petit lecteur est tout content de pointer à l’adulte ce qui a changé, et le livre devient une grande partie de « trouvez l’erreur ». Si le mystère n’est résolu qu’en partie, sa fin m’a tout même complètement charmée. Le fait que je reviens d’un voyage en Italie y compte peut-être un peu… ceux qui ont lu l’album comprendront! Chose certaine, il a fait sensation autant à l’heure du dodo chez nous qu’à l’heure du conte au parc!

9782203091412La tournée de Facteur Souris
C’était un coup de cœur de l’année dernière, mais comme un nouveau est sorti cette année (et qu’il risque d’être le « Douzou » de ma plus jeune), il est toujours d’actualité! Le plus grand plaisir de ce livre est dans les détails! C’est un livre pour lequel il faut prendre le temps de contempler chaque page plusieurs minutes, l’adulte et l’enfant prenant chacun leur tour à montrer un petit détail à l’autre. Une belle introduction pour une activité « la maison de mes rêves », aussi. Très hâte de mettre la main sur « les vacances de facteur souris ».

Share Button

Lecture de conte et coups de cœur albums étrangers

Pour la deuxième année, je participe à l’heure du conte au parc Baldwin, organisé par la ville de Montréal. J’ai déjà deux séances de faites, les prochaines seront le 3, 4, et 10 août, à la buvette du parc, à 19 h.

Photo: Veronique Donato
À l’oeuvre, au parc Baldwin. (Photo: Veronique Donato)

albums approprié pour le public qui s’y pointe (2-6 ans environ), je lis les livres des autres! J’en profite donc pour vous livrer  mes coups de cœur en albums étrangers pour ce groupe d’âge. Je réserve mes coups de cœur québécois (j’en lis toujours au moins deux à chaque heure du conte) pour la semaine prochaine, en l’honneur de l’événement  le 12 août, j’achète un livre québécois.

9782021093247Je m’ennuie, Michael Ian Black , Debbie Ridpath Ohi

Combien de fois, comme parent, entendons-nous cette phrase! Le livre commence avec une simple petite fille, qui s’ennuie ferme! Elle rencontre, entre toutes choses, une patate qui trouve les enfants ennuyeux. La petite fille tente donc de la convaincre que les enfants sont hyper-amusant! L’album est drôle, et fait rire les enfants à tout coup… surtout si vous faites une bonne voix de patate!

 

9782020660495Série « Mon chat », Gilles Bachelet

Pour être honnête, je n’ai que le troisième, soit « des nouvelles de mon chat », mais comme le principe est le même pour les trois, j’imagine qu’ils sont plutôt interchangeables. J’en avais entendu parler, la première fois, sur le site Clémentine Beauvais, dans un article sur la capacité des albums à mentir aux enfants. Le « disconnect » entre le texte et l’image (la couverture est éloquente à ce sujet, puisqu’elle représente le chat en question!) rend l’album très amusant à lire, surtout si l’adulte joue le jeu de ne pas démentir le texte.

 

9782364744103Chut, on a un plan, Chris Haugton

Avant tout, un bel album! Les images sont stylisées et chatoyantes, chacune plus ravissante que la précédente. Ensuite, l’histoire est simple, avec juste ce qu’il faut de répétitions pour les plus jeunes, et juste ce qu’il faut de revirements pour intéresser les plus vieux.  Des mois après l’avoir découverts, mes enfants et moi le citons encore couramment… chaque fois qu’un oiseau se pose près de nous. Je n’ai malheureusement pas réussi à mettre la main dessus pour mon heure du conte, mais si jamais je passe près d’une librairie, je pense que je vais me gâter.

 

4033897Souriceau se prépare

Je l’avais acheté parce que je suis une grande fan de son auteur, Jeff Smith, surtout connu pour la bande dessinée Bone. Durant tout le livre, petite souris ne fait que s’habiller, morceau par morceau, mais la finale est à la fois absurde et « méta », et surtout, me fait craquer à tous les coups! Je ne l’ai qu’en anglais, mais je l’ai lu si souvent à mes enfants que je peux le raconter en français par coeur. Il semblerait que la traduction n’existe pas en format papier, mais elle est disponible gratuitement (et légalement) en ligne ici, ainsi que sur Itunes.

 

Ajoutez à ça les albums participatifs desquels je vous ai déjà parlé (Un livre, Il n’y a pas de chats dans ce livre, Ne laissez pas le pigeon conduire le bus) et vous en avez pour une bonne heure de plaisir avec les petits lecteurs… ce qui est bien plus que suffisant, l’heure du conte, malgré son titre, ne dure que 30 minutes!

Share Button