Archives pour la catégorie Futurs projets

Ça y est : la France!

Depuis 2013 que j’en rêvais (preuve à l’appui), et la semaine dernière, c’est devenu réalité! J’ai reçu et signé le contrat : un de mes romans paraîtra en France, plus précisément, Terre Promise (titre de travail), paraîtra aux Éditions Castelmore à l’automne.

Je peux dire que je l’aurai travaillé fort, celui-là! En plus de l’écriture du manuscrit lui-même, qui a été un de mes projets de plus longue haleine (et la raison pour laquelle je n’ai publié qu’un seul titre en 2018), j’en ai eu pour 8 mois de démarches : réseautage, prise de contact, envois à l’aveugle, attente, relances de courriels, re-attente, etc.

Et le travail a porté fruit! 2019 commence en lion, et m’apporte ce que je répondais depuis 5 ans lorsque, à pareille date, on me demandait « qu’est-ce qu’on te souhaite pour la nouvelle année? »

Il me faudra peut-être me trouver un nouveau souhait pour le prochain jour de l’an, mais en attendant, je compte bien boire du champagne (deux fois plutôt qu’une), et savourer chaque minute de l’année qui s’en vient!

Share Button

Prévisions 2019

Lady with binoculars by liftarn de openclipart.orgFini 2018, que j’ai qualifié il y a deux semaines d’année tranquille. Comment sera 2019? Certainement plus active: je me reprend côté publications, et j’ai déjà plusieurs projets d’écriture en tête! 

Publications prévues:
Elles sont toutes pour l’autonme! C’est comme ça! Question de timing et surtout, avouons-le, de choix de mes éditeurs! Les voici dans le désordre:

  • Soutermonde T2, chez Bayard Canada
  • Pétronille (appelé ici surtout “ma petite sorcière”)
  • Terre Promise
  • Mon “magical girl” (premier jet terminé, reste à le travailler un peu!) 

Il n’y a que le premier de signé, j’ai des ententes verbales pour les trois autres, et j’attend les contrats dans les prochaines semaines! Je vous en dirai plus une fois que la paperasse aura rendu les choses officielles.

Projets d’écriture:
Il n’y en a que deux qui sont certains:

  • Un troisième Pétronille
  • Un deuxième Magical girl

Au niveau des suites, un troisième Soutermonde est bien possible, mais comme ils sont long à écrire, j’attend un peu de voir comment le premier a été reçu avant de me lancer. 

Et du côté des nouveaux univers, le thème des coureurs des bois m’obsède, mais j’hésite encore sur la forme que le tout prendra, et j’ai des embryons d’idées pour une série d’aventure fantastique à la Victor Cordi, que j’appelle intérieurement « l’abysse » pour le moment. Un album me trotte en tête, aussi, mais je me retiens fort pour ne pas l’écrire. 

Pour le moment, dès que les enfants retournent à l’école, je me remets sur mon magical girl, qui n’est pas prêt à être envoyé à l’éditeur encore. De la direction littéraire sur Soutermonde et Terre Promise devraient rentrer bientôt, aussi, mais j’ignore sur quel manuscrit je me jette une fois tout ça terminé!

Événements prévus:
Rien d’officiel.  Sûrement quelques salons du livre, mais sans plus! Un lancement, peut-être? Avec le nombre de livre que je sortirai à l’automne, ce serait amusant, surtout que le dernier avait été formidable! Si c’est le cas, je vous en reparle durant l’été!

Et pour le reste, je vous souhaite une belle et heureuse année 2019, remplie de belles lectures pour les uns,  et d’inspiration pour les autres!

Share Button

Le genre “Magical Girl”

Je vous parle aujourd’hui d’un type de récit originaire du Japon, adopté depuis par les Européens, mais à peu près inexistant au Québec: le Magical Girl!

En gros, il s’agit d’aventure d’une jeune héroïne dotée de pouvoirs magiques qui utilise ces pouvoirs pour “sauver le monde tout en cachant sa double vie à son entourage. Ça implique habituellement une transformation, un costume élaboré, une baguette, un compagnon magique plutôt mignon, des ennemis à combattre, et un tout petit peu de romance, sans que cette dernière ne puisse éclipser l’action.

Parce que oui, c’est surtout de l’action! De l’action écrite spécifiquement pour les filles!

Selon Wikipedia, le genre aurait commencé avec Mahō tsukai Sally, un manga bien connu ici sous la forme de la série télé Mini-Fée*,  mais la plus connue, celle qui a vraiment inventé et cimenté les codes du genre, c’est Saylor Moon!

Petite pause pour admirer sa légendaire transformation:

Pourtant, ma principale influence personnelle dans ce genre serait plutôt Sakura Chasseuse de Carte, dont je possède la collection entière en manga, et que je relis régulièrement.

ScreenHunter_01 Dec. 16 08.02

Sinon, du côté Européens, je suis fan de la série de bandes dessinées W.I.T.C.H. tirée des magazines de Disney. Plus actuel encore, je ne déteste pas la récente série Miraculous Ladybug qui permet à la nouvelle génération de découvrir le genre, un peu teinté de sauce superhéros.

Tout ça pour dire que je suis présentement en train d’écrire un roman de type Magical Girl! Je vous en parle un peu plus en temps et lieux!

*Pour Mini-Fée, avouez-le, vous avez désormais la chanson thème en tête pour le reste de la journée!!

 

Share Button

Le ministère des objets perdus

Il y a quelques semaines, je partageais avec vous mes difficultés dans l’écriture d’une nouvelle, genre littéraire que j’ai très peu pratiqué comme autrice. Voici donc le temps de vous partager le résultat! La nouvelle en question, intitulé « Le ministère des objets perdus » a été publié au début du mois, sur la page web d’Opuscules, un webzine de littérature québécoise.

Je vous en donne même les premières phrases, en aperçu :

Il s’agissait d’un des groupes les plus divers que Sasha ait jamais vus. Elle travaillait comme guide au Ministère des objets perdus depuis assez longtemps pour savoir que les gens qu’on lui confiait variaient d’une saison à l’autre. Invasion d’étudiants durant les semaines d’examens, alors que le stress les rendait distraits et prompts à l’oubli. Afflux de mères de famille à l’approche des fêtes d’hiver, submergées par le tourbillon des achats de cadeaux, la pose des décorations et les desserts à préparer d’avance. 

Pour lire la suite, rendez-vous sur le site Opuscules.ca! Bonne lecture!

Share Button

Des sorcières au nom vieillot

Illustration de ClipartStockPhoto prise sur Openclipart.orgIl y a deux semaines, alors que je faisais mes prévisions pour 2018, je mentionnais mon dilemme sur quoi écrire en ce début d’année. Une pige et plusieurs journées d’animation scolaire plus tard, la question est finalement réglée : j’ai commencé un roman à gros caractères pour les lecteurs de 7-8 ans!

Ce sera un roman de sorcière. Un roman d’entreprenariat, aussi, un peu. Il paraîtra probablement chez Druide, où j’ai publié ma trilogie du Gardien des soirs de bridge. Un roman prend du temps à être publié, pour ne pas manquer sa sortie, abonnez-vous à ma lettre d’envoi en entrant votre courriel ci-dessous :

Les noms choisis!

Je voulais des noms vieillots, passés de mode, pour mes sorcières. Pour m’aider à en trouver, j’ai publié un remue-méninge sur ma page Facebook. Les réponses ont été plus qu’enthousiastes! Au moment où j’écris ces lignes, plus de 3 000 personnes sont venues commenter! Parmi les nombreuses suggestions, voici les noms qui se retrouvent dans mon roman jusqu’ici :

  • Ursule
  • Yolanda
  • Cunégonde
  • Merlande
  • Éthel
  • Edwina
  • Pétronille

J’ai voulu utiliser Elvire, mais comme c’est déjà le nom d’une sorcière très connu, j’ai changé pour Edwina.

Je changerai peut-être Pétronille, aussi. On m’a mentionné que c’est le titre d’un roman d’Amélie Nothomb, ce qui m’embête un peu. En même temps, mon lectorat est bien différent de celui de la romancière, et je suis très amourachée de ce nom! Ce serait celui de mon héroïne, une sorcière plus gentille et colorée que les autres. Je garde Pimprenelle en remplacement de secours, au cas où.

D’autres personnages, et donc, d’autres noms, s’ajouteront au fil des chapitres et des autres tomes de la série! Un grand merci à ceux qui ont participé au remue-méninge, je garde vos suggestions bien précieusement dans mes dossiers! Et pour les nouveaux venus sur cette page, qui m’ont découvert à travers le remue-méninge, je vous invite à aller faire un tour du côté de mes publications, à aimer ma page Facebook, et à revenir tous les lundis sur ce blogue pour un nouveau billet!

Share Button

Pas facile, les albums!

Je profite de mes succès des derniers mois pour parler de mes échecs, c’est toujours un sujet plus facile quand le reste va bien! Je vous présente donc ma bête  noire : les albums! J’en ai écrit 6 en tout et voici leurs destins respectifs :

  • Le pays des tromignons: après avoir essuyé plusieurs refus d’éditeurs traditionnels, j’ai accepté de le publier en numérique. L’idée semblait bonne, l’éditeur convainquant… et j’ai récolté moins de 100$ en trois ans.

Et ces deux-là sont mes plus grands succès! Ce sont les seuls à avoir réussi à sortir du tiroir! Parce que dans ledit tiroit, j’ai également écrit ceux-ci :

  • Le bestiaire du merveilleux urbain : se veux une suite de l’encyclopédie et explique ce que les créatures magiques (licornes, griffons et autres) sont devenues dans notre monde moderne. A été considéré fortement par Perro, puis refusé pour cause éditoriale (ils ne font pas d’albums!)
  • Les bacs à sables : Poème d’une page écrit spécifiquement avec la collection Clin d’œil d’Isatis en tête. Tellement écrit spécifiquement pour eux que, après leur refus (un de leur prochain portait sur un sujet semblable), je n’ai jamais osé le présenter ailleurs!
  • Le Gumzilla : Quelle saga que ce Gumzilla! Commencé en miniroman, puis transformé en album, il a été accepté par pas moins de trois éditeurs, pour être abandonné chaque fois en court de route. Aux dernières nouvelles, il était dans la pile des « peut-être » de la collection Motifs chez Druide (la nouvelle date d’un an!)
  • Les Monstramis : écrit cet été, et envoyé à quelques éditeurs. Toutes les réponses reçues jusqu’ici sont négatives… ça ne s’enligne pas bien!

Je devrais peut-être abandonner? Accepter le fait que la forme plus longue du roman correspond mieux à mes capacités? Mais c’est plus fort que moi! Une fois qu’une idée d’album s’empare de moi, je ne peux faire autrement que de l’écrire!

Soupir!

Je suis incorrigible!

Share Button

Ce qui s’en vient pour 2017!

2017
Photo: Sébastien Provencher, pris dans une ruelle pas loin de chez nous

Une nouvelle année, des nouveaux projets! Voici ce qui s’en vient dans mon cas!

Publications :
Seulement 2 livres de prévus cette année, mais en fait, c’est parce que je pensais que le dernier Victor Cordi, paru à l’automne 2016, paraîtrait ce printemps! Je ne m’en plaindrai pas, c’est rare que cette industrie me surprenne par sa rapidité plutôt que son inverse.

  • Un roman intermédiaire chez Bayard (dont je vous parle bientôt, promis!)
  • Le gardien des soirs de bridge TIII : Derrière les rideaux

Écriture :
Je m’enligne pour des projets plus longs, ce qui veut dire que je n’écrirai probablement que 2 livres cette année.

  • Les rats (un tiers de terminé!)
  • Nouveau projet qui me trotte en tête depuis une dizaine de mois et dont le titre provisoire est Terre Promise.

Je vais peut-être m’essayer pour une bourse pour ce dernier; même si je ne l’obtiens pas, monter le dossier m’aidera à mettre de l’ordre dans mes idées.

Événements spéciaux :
J’avais parlé de mon invasion des maritimes, et il en reste encore deux événements, soit le Salon du livre d’Edmundston et le prix Hackmatack! Parlant prix, j’irai également à Toronto pour la Forêt de la lecture (prix Tamarac), alors trois voyages de prévus d’ici l’été… sans compter les Salons du livre (probablement Québec, Longueuil et Trois-Rivières à raison de 2 journées chacun). Les enfants ont grandi, je me permets un peu plus d’absence.

Beaucoup de visibilité s’en vient, aussi, avec trois entrevues accordées récemment, qui seront publiés d’ici la fin du printemps (1 site web + 2 magazines). J’ai d’ailleurs fait faire de nouvelles photos professionnelles pour l’occasion, très hâte de vous montrer ça!

 

Bref, même avec moins de publications, l’année s’annonce excitante!!! Avec mes trois publications de l’automne, j’ai un peu l’impression d’avoir monté une autre marche dans ma carrière d’auteure jeunesse. Qui sait jusqu’où ira l’escalier?

 

Share Button

De la difficulté de choisir son temps de verbe

Moi, en train d'écrire chez Bric à brac livres
Moi, en train d’écrire chez Bric à brac livres

Pour mon écriture en direct chez Bric à Brac livre, je commençais un nouveau manuscrit. Je m’étais questionnée sur Facebook sur les caractéristiques de la narration. J’avais opté pour la 3e personne et le passé simple. Mais après 10 pages, je dois me rendre à l’évidence : ça ne marche pas.

J’ai donc décidé que, pour la séance de dimanche matin, je recommencerais à la 1ère personne. Ce qui me laissait la question du temps de verbe. Les trois options et leurs problèmes respectifs selon moi :

  • Le présent : Plus moderne et très dans l’action, mais il me semble que c’est un temps plus approprié à la narration à la 3e personne. Qui conte ce qui lui arrive au présent?
  • Le passé simple : Temps littéraire classique, mais sonne bizarre avec les verbes en « er » à la première personne : « Je mangeai une rôtie et me grattai l’oreille. » Me semble plus approprié à la troisième personne : « Il mangea une rôtie et se gratta l’oreille ».
  • Le passé composé : Temps plus familier, toujours utilisé à l’oral. Un éditeur m’a déjà fait la remarque que ce temps remplissait le texte de verbes « être » et « avoir », ce qui l’appauvrit. Il n’a pas tort.
Image pour toujours liée aux temps de verbe dans mon cerveau!
Image pour toujours liée aux temps de verbe dans mon cerveau!

Bref, rien de parfait!

Pour aider ma réflexion, je me suis penché sur ce qui existait. J’ai donc fait le tour des bibliothèques de la maison pour analyser les temps de verbes utilisés dans les livres écrits à la première personne :

  • Journal d’un chat assassin : Mélange de présent (pour les réflexions) et de passé composé (pour l’action)
  • Bine : Présent (ah ben! Il semblerait que ça existe!)
  • Géronimo Stilton : Passé simple
  • Aurélie Laflamme : Mélange de présente et de passé composé
  • Le journal d’Alice : Passé composé
  • La vie compliquée de Léa Olivier : Mélange de présent et de passé composé
  • L’escouade Fiasco : Temps présent, et ça marche très bien. Me serais-je trompée sur ce temps, ou est-ce que Julie Champagne est une magicienne? (Possibilité à ne pas négliger!)
  • Sloche à la framboise bleue : Présent et passé composé
  • Journal d’un dégonflé : Passé composé
  • Le petit Nicolas : Passé composé

J’ai également vérifié dans deux séries adultes que j’ai adorées (en fait, dans leurs traductions).

  • Dossiers Dresden : Passé simple
  • L’Assassin Royal : Passé simple

C’est clair, pour les journaux intimes, la recette est toujours la même (Présent et passé composé). Le problème, c’est que je ne m’enligne pas pour un journal intime, simplement pour une narration au « je ». Il y a des différences. Quand j’y pense bien, deux des influences derrière mon manuscrit sont Géronimo Stilton et Dresden Files*… et les deux partagent le même temps : le passé simple. Vendu!

MISE À JOUR : 24 heures plus tard, 5 pages d’écrites avec la narration 1ere personne et passé simple… et ça marche parfaitement! Yé! Plus que 85 pages à écrire.

*La troisième influence est une série de bandes dessinées, genre qui se moque bien du temps de verbe de la narration!

Share Button

Nouveau manuscrit en cours!

illustration par AJ sur openclipart.orgTel que déjà mentionné dans le billet de la semaine dernière, jeudi, j’écrirai en direct de la Librairie Paulines. Ce que je ne vous ai pas dit, c’est QU’EST-CE que j’écrirai! Ah ah!

Comme de fait, j’ai terminé la rédaction du dernier Victor Cordi. Ma directrice littéraire m’a envoyé ses commentaires, et je travaille présentement à faire les modifications nécessaires pour que le manuscrit soit à la hauteur des sept autres! Ce genre de re-travail n’étant pas approprié pour mon projet d’écriture en direct, ce n’est pas sur Victor Cordi que je travaillerai jeudi.

Le deuxième tome du Gardien des soirs de bridge, soit Dans la baignoire, est pour sa part rendu à l’étape de la révision d’orthographe! Mardi matin, je serai (ou j’étais, selon l’heure et la journée à laquelle vous lirez ces lignes) en train de vérifier ces corrections avant de le ré-envoyer chez Druide.

Les chroniques postapocalyptiques d’une enfant sage? Pfff! Terminé depuis longtemps! La page couverture est même choisie, il ne reste probablement que le 4e de couverture à rédiger. Donc, pas non plus!

Petit roulement de tambour pour mettre du suspense!

Je travaillerai sur Simon et la galette d’intelligence (titre provisoire), un manuscrit pour les 8 ans et plus qui raconte, en première personne, les aventures d’un garçon qui trouve, avec ses deux amis, une machine à voyager dans le temps ainsi qu’une drôle de recette dans le sous-sol d’une maison de leur quartier.

Le manuscrit est écrit pour une collection spécifique, pour un éditeur spécifique, que je vous dévoilerai une fois que le tout sera signé et approuvé.

Voilà! Vous savez tout maintenant! Ce titre sera probablement mon premier à sortir à l’année 2017!

Share Button

Prévision 2016

Illustration par J4p4n sur openclipart.comOn ne sait jamais ce qui nous attend, mais on peut tout de même bien lister ce qui est prévu, histoire de faire un peu de ménage dans nos têtes en ce début d’année!

Côté publication :
Cette année, trois titres de prévus!

  • Victor Cordi cycle 2, livre 2 : La grande évasion, Courte Échelle, printemps
  • Le gardien des soirs de bridge T2 : Dans la baignoire, Druide, Automne
  • Chroniques post-apocalyptiques d’une enfant sage, Bayard, Automne

Est-ce qu’ils réussiront tous à se rendre jusqu’aux tablettes des libraires aux dates prévues? C’est le grand suspense d’une vie d’auteure.

Côté écriture :
J’ai réussi à remettre tous mes manuscrits juste à temps pour Noël! Je me lance donc, dès le retour des fêtes, dans ceci :

  •  Victor Cordi, cycle 2, livre 3

Qui sera suivi d’un nouveau projet, plus long (50 000 mots), dont je vous parlerai en temps en lieux

Et finalement, à l’automne :

  • Le gardien des soirs de bridge T3

Avec la pige, tout ça devrait bien m’occuper pour l’année!

Côté lecture :
Ben oui! J’ai des plans côté lecture. Pas tout à fait une « résolution de bonne année », mais des envies! Cette année, je désire lire quelques classiques dont j’entends parler depuis longtemps. Pas du Balzac et du Proust, mais quand même, des livres importants!

  • Moby Dick
  • Du Elisabeth Vonarburg
  • Du Joël Champetier
  • Du Michel Tremblay (Je n’en ai jamais lu! Jamais! La honte!!!)
  • Le viel homme et la mer
  • Sa majesté des mouches
  • Vérifier s’il n’y aurait pas un Boris Vian que je n’ai pas encore lu!

 

Je vous souhaite, de votre côté, des trésors de lecture, d’envols et d’imaginaire, des petits moments de bonheur à la pelle et une certaine sérénité.

 

Bonne année tout le monde!

 

Share Button