Coup de blues sur demi-tablette

En montant les bibliothèques dans notre nouvelle maison, j’ai eu envie d’une tablette juste à moi, ou plus précisément, juste pour les livres que j’ai écrits. « La tablette de la vanité » que j’ai annoncé à mon mari qui se demandait ce que je faisais. J’ai récupéré un exemplaire de chacun de mes livres dans mes caisses, je les ai alignés un à côté de l’autre, j’ai contemplé mon œuvre…

… et j’ai déprimé.

15 ans de travail, pour une demi-tablette de livres. Tant d’heures d’écriture, de discipline, d’attente, d’espoirs pour remplir trente centimètres d’une bibliothèque. Un lecteur motivé peut sans doute passer à travers mon œuvre entière en moins d’un mois!

Je sais bien que c’est déjà pas mal, et lorsque je lis la liste sur mon CV, je trouve qu’il y en a beaucoup, je ne suis pas si pessimiste, mais je ne sais pas pourquoi, cette journée-là, dans cette bibliothèque-là, ça m’a semblé peu. On me dit « prolifique », mais il y a des auteurs jeunesse qui sortent 8, 10, 12 livres par année! Dans mon métier, se comparer est une très mauvaise idée en général.

La tablette de la vanité est donc devenue la tablette de l’humilité, celle qui me rappelle que je suis bien peu de choses, mais surtout, que j’ai encore du pain sur la planche.

C’est donc ma nouvelle ambition de carrière : remplir cette foutue tablette jusqu’au bout!

Déjà, j’ai reçu mes exemplaires de Paul Thibaut, ça en fera tout de même bien un de plus (et je vous le montre lundi prochain!).

Share Button

2 réflexions au sujet de « Coup de blues sur demi-tablette »

  1. On est souvent notre pire ennemi, surtout quand on se compare aux autres. Et c’et souvent le cas sur les réseaux. Je pense qu’il vaut mieux écrire UN bon livre, à son rythme, que 8, 10,12 par année qui sont souvent des livres qu’on oublie aussi vite qu’on les a lus. Continue ton beau travail de création!

  2. Au moins, tu continues de publier… Il y a de gros trous en années dans ma propre production. 😉 Mais bon, ma tablette de dir litt, avec 42 titres (34 publiés et 8 à venir à l’automne) me remonte le moral. Il y a des journées quand même plus difficiles que d’autres, comme pour toi. Allez, ne lâche pas ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *