Pourquoi j’écris pour les jeunes? 

Un des plaisirs de faire des animations scolaires, c’est d’être confrontée aux questions des lecteurs. La plupart reviennent régulièrement, et on finit par y répondre de manière presque machinale, mais il y en a aussi qui surprennent, qui nous obligent à réfléchir sur nous même, nos œuvres, notre rapport à notre métier.

Par exemple, les élèves me demandent souvent quel est mon livre préféré parmi ceux que j’ai écrits (La Promesse du fleuve, si vous voulez savoir!), mais pour la première fois, on m’a récemment demandé duquel j’étais le moins fière, et pourquoi! J’ai répondu, tout en réalisant que le problème n’est pas sa qualité littéraire, mais bien le fait que c’est le seul de mes livres qui me donne l’impression qu’il aurait pu être écrit par un autre. Celui qui porte le moins ma singularité comme autrice (je ne vous dis pas c’est lequel, na!). Je n’y avais jamais pensé avant.

Une de ces questions plus rares m’est habituellement posée par les professeurs, à savoir pourquoi j’ai choisi d’écrire pour les jeunes (les élèves, eux, trouvent ça tout naturel!). J’y avais déjà répondu, sans trouver mes propres explications pleinement satisfaisantes. Et là, la dernière fois qu’on me l’a posée, l’illumination s’est faite. Ma réponse officielle, désormais:

“ J’écris pour les rêveurs… et il s’adonne simplement qu’ils sont en plus forte proportion chez les 8-14 ans que chez les adultes”.

Voilà.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *