J’ai failli aller au Salon du livre de Paris

 

Il y a un mois, j’ai reçu mon horaire de signature au Salon du livre de Paris. J’étais invitée par Castelmore, mon éditeur français, transport et hébergement compris. Je dois avouer avoir été émue en voyant mon nom sur le site web de l’événement. Oui, je sais, dans mon milieu, le salon de Montreuil, ou je suis allée à l’automne est plus important… mais c’est plus fort que moi, celui de Paris enflamme mon imaginaire. Disons qu’il est plus « glamour »!

Fast Forward à lundi dernier, un communiqué de presse annonce que le salon en question n’aura pas lieu, afin de respecter les directives gouvernementales pour tenter de freiner la propagation du virus COVID-19.

Déçue? Évidemment. Dévastée? Pas du tout!

Souvent, dans les émissions de télé-crochet, les concurrents disent que c’est « leur unique chance » ou « leur dernière chance ». Je ne crois pas en l’unicité des opportunités. Il y en aura d’autre, croyez-moi! Des identiques, des semblables, des totalement différentes, mais qui mènent à la même place. Des opportunités à la pelle, pour qui travaille fort et sait les attraper au vol.

C’est la même chose pour moi et le Salon du livre de Paris. J’irai, un jour. Invitée par un autre éditeur, par le même, grâce à une subvention que je serai allée chercher, ou même en payant de ma propre poche! Qui sait?

J’irai!

Juste pas cette année, c’est tout!

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *