Des pestioles à l’école

La plupart de mes animations scolaires sont les mêmes, basées sur les étapes de l’écriture. Mais parfois, une professeure me contacte avec un projet qui sort des sentiers battus. Cette année, c’est l’école de La Petite-Bourgogne de Montréal qui m’a approchée pour monter avec leurs élèves un projet de film en stop-motion pour la journée mondiale du livre et du droit d’auteur. Après avoir exploré nos options, nous avons créé…

Des faux-documentaires inspirés de
Le gardien des soirs de bridge T1 : sous le divan

sous le divanEn équipe de quatre (plus une équipe de deux pour le « making of »!), les élèves ont créé des Pestioles, petites créatures invisible qui parasitent notre quotidien, tirés de mon livre Sous le divan, ci-contre.

La description de chaque pestiole devait comprendre un habitat, une nourriture, deux détails de mode de vie, des indices de leur présence ainsi qu’une technique permettant aux humains de les appercevoir.

Je vous présente donc 4 nouvelles sortes de Pestioles, chacune habitant dans un endroit bien précis de l’école :

 Pestioles a lecole

  • Le bibliothécus à lunettes qui grignote les pages des livres que personne n’aime  à la bibliothèque et laisse des recommandations sur des petites notes
  • Le krads mathématicus qui parasite les cahiers de mathématique pour en boire l’encre de leur trompe. Ils changent de couleur selon l’encre qu’ils viennent d’avaler.
  • Le gymnasticus camouflé qui habite le gymnase et se nourrit de têtes de moineaux de badminton. Ils dansent en rebondissant après la fermeture de l’école.
  • Le tachesticus barbouilleur qui habite dans le local d’art plastique et qui, par jalousie, barbouille les dessins des élèves trop talentueux. Ils rangent les pinceaux n’importe où, et ce sont les élèves qui se font blâmer.

À partir de ces créations, les élèves ont rédigé le texte de leur faux-documentaires. Pour leur donner une idée du ton à adopter, je leur avait fait écouter la vidéo Youtube  d’une vielle annonce présentant des hippopotames domestiques.

Le reste s’est fait sans moi, sous la supervision de leur professeur. Ils ont peaufiné leur texte, puis ont créé les pestioles physiques vus dans la photo ci-haut à l’aide de pâte durcissante, de cure-pipe et de peinture.

Ils ont finalement filmé et monté leur documentaire sur des iPad (Notez qu’une fois la pestiole créée, un exposé oral ou un salon des pestioles peuvent être exécutés à la place). Les quatre documentaires et le reportage de « making of » ont été diffusés en direct lors de la grande webdiffusion littéraire du site des bibliothèques scolaires de la CSDM.  En voici la vidéo Youtube :

ScreenHunter_01 May. 01 07.49

L’expérience a été fantastique! J’y ai rencontré des professionnels engagés et motivés, et des élèves allumés et très créatifs! Surtout, j’ai été fabuleusement impressionnée du résultat! C’est la première fois que je voyais de réelles pestioles bouger! Je les remercie grandement d’avoir fait appel à moi pour leur projet, ils ont rendu mon petit cœur d’auteur très heureux!

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>