Merveilleux urbain : activité familiale

kobold d'immondice - merveilleux urbain
Kobolds d’immondice (Anouk Lacasse)

Ce mois-ci, en l’honneur des vacances et des nombreux jeunes désœuvrés qui harcèlent leurs parents du sempiternel : « qu’est-ce que je pourrais faire? », plutôt que de vous dévoiler un nouveau peuple du merveilleux urbain, je vous donne une activité tirée de l’encyclopédie du même nom.

Ondine de gouttière (Anouk Lacasse)
Ondine de gouttière (Anouk Lacasse)

Le Fichier PDF ci-dessous contient un tableau d’observation qui permet de repérer les signes laissés par les peuples du merveilleux urbain dans les rues et ruelles de nos villes. Transformez la prochaine balade urbaine en chasse-au-trésor en mettant vos enfants au défi d’en trouver 3, 4, 5, ou même tous les 9, selon leur ténacité. Si vous le désirez, vous pouvez publier le résultat de vos recherches sur ma page Facebook, il y aura peut-être un petit tirage à la clé…

Bonne chasse!

Fiche du merveilleux urbain (PDF)

Pour en savoir plus sur l’Encyclopédie du merveilleux urbain, qui sortira en librairie à l’automne chez Boomerang :

Share Button

Bourse de création du CALQ

Illustration de Merlin2525 prise sur openclipart.orgGrande nouvelle cette semaine! En mars, j’avais effectué deux demandes de bourses, soit une au conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), et une deuxième au conseil des arts du Canada (CAC).

J’ai eu ma réponse pour la première, et, devinez quoi, elle est positive!!!

Elle portait sur une le premier tome d’une série pour 7-8 ans intitulée « Le Gardien des soirs de Bridge » dans lequel un frère et une sœur se font garder tous les mercredis soirs par un professeur spécialisé dans les Pestilus, sortes de bestioles parasitant nos maisons à notre insu.

Pour ceux qui désirent en savoir plus, vous trouverez la description de projet qui faisait partie de mon dossier de bourse en cliquant ci-dessous:

 Dossier Gardien

Il s’agissait de ma deuxième demande de bourse au CALQ, et quelqu’un m’avait donné un excellent conseil,  celui d’appeler au Conseil des arts pour avoir accès aux commentaires de juges sur mon dossier refusé. Ainsi, j’ai pu non seulement améliorer le dossier en question (que j’ai envoyé cette fois-ci au CAC), mais également éviter de faire les mêmes erreurs pour mon dossier de cette année.

Il semblerait que ça ait porté ses fruits!

Share Button

L’univers des livres participatifs

Comme vous le savez peut-être tous, je viens du monde de l’interactif. Site web, jeux vidéo, applications, j’ai touché à peu près à tout! Je suis donc toujours un peu fascinée lorsque les autres médiums, dits « passifs », décident de faire participer les spectateurs à leur tour.

L’exemple que tout le monde connait, c’est l’émission de télévision Dora. Plusieurs fois par épisodes, la petite exploratrice se tourne vers la caméra et passe une commande telle que « Lève les bras dans les airs », « Souffle sur les nuages » ou le classique « dit : « Chipper, arrête de Chipper »! ». Ceux de ma génération savent que le principe n’est pas nouveau, les Oraliens et les 100 tours de Centour nous faisaient déjà répéter des formules à l’époque!

Contrairement à l’ordinateur, la télévision n’a aucun  moyen de savoir si l’enfant s’est exécuté, je refuse d’appeler ces épisodes « interactifs », puisque l’interaction, par définition, doit être réciproque. Je préfère donc le terme « participatif »

Évidemment, les livres ne sont pas en reste! Le premier véritable livre participatif sur lequel je suis tombée est Un livre de Hervé Thullet, maître du genre. En voici la première page :

ScreenHunter_01 Jul. 05 07.38

Sur la page suivante, le point aura changé de couleur. Au fil des pages, le livre nous demandera d’appuyer, brasser, souffler, et plusieurs autres actions encore. Les points dans le livre réagissent d’une page à l’autre selon l’action exécutée. Une petite merveille! Vous pouvez voir la bande-annonce anglophone du livre sur YouTube, ça vaut le détour!

Lorsque j’ai fait part de mon intérêt pour ce genre à mon éditrice de La Courte Échelle, elle m’en a fait découvrir plusieurs autres :

ScreenHunter_02 Jul. 05 07.40Il y a des chats dans ce livre, de Viviane Shwartz

Que vous pouvez voir en anglais au complet par ici, et qui a été une véritable obsession de ma plus jeune pendant des mois! Les trois chats sont très sympathique, et les participations sont variés et bien intégrées.

 

 Chuuuuut, de Sally Grindley

Cette fois-ci, c’est l’ambiance qui est bien réussie! D’une page à l’autre, on se promène dans le château de l’Ogre, accompagnés par la peur de le réveiller! Pour enfants courageux seulement!

 

Turlututu,histoires magiquesEt un recueil comprenant plusieurs histoires de Turlututu, du même Hervé Thullet mentionné plus haut

Chaque histoire est très très courte, moins d’une dizaine de pages, mais l’univers visuel est éclaté, et les enfants sont toujours content de participer. Inégal.

Vous vous en doutez, c’est un genre auquel je me suis essayée… mais ça, c’est une histoire pour une autre semaine (et qui paraîtra en octobre)!

 

Share Button

Débranchée pour la semaine…

liftarn_Plug_and_outlet par liftarn sur openclipart.orgDe retour lundi prochain!

 

Share Button

C’est difficile à ce point…

sisyphusLorsque j’ai publié mon deuxième roman, Pirates à bâbord! aux éditions du Phoenix, les libraires, ou du moins ceux dont je pouvais « monitorer » les inventaires en ligne, n’ont pas recommandé le premier tome. J’y ai compris qu’une série doit faire ses preuves pour rester sur les tablettes. Ce fut ma première désillusion d’auteur, la première réalisation que ce serait plus difficile que prévu

Défi accepté, me suis-je dit.

J’ai donc signé ma deuxième série, Victor Cordi chez un plus gros éditeur, il est sorti avec prix de lancement, et il s’est mis à faire ses preuves.

Dans sa première année, trois tomes sont sortis, et la série a commencé à faire ses preuves…

  • Preuves critiques : nomination prix des libraires
  • Preuves média : présence dans le journal de Montréal, La presse et les Débrouillards)
  • Preuve de reconnaissance : sélection communication jeunesse

Au 11 juillet 2012, soit 10 mois après sa sortie, et 1 après l’annonce des prix des libraires, seule la moitié des succursales Renaud-Bray tenaient encore le premier tome sur ses tablettes, à un seul exemplaire chacun. Remarquez, je m’en tirais bien, car aucun de mes co-listés pour le prix n’avaient plus de 2 exemplaires présents dans tous les réseaux de cette chaîne.

À l’automne, le tome 4 est sorti, et là, miracle, cinq succursales Renaud-Bray et toutes celles de Archambault ont recommandé du premier tome. Ça y est, me suis-je dit, c’est reparti! Mais les autres Renaud-Bray n’ont pas suivi, et lorsque celles qui en avait repris ont tout vendu durant le temps des fêtes, elles n’en ont plus repris.

Pourtant, pendant ce temps-là, les preuves continuaient à s’accumuler :

  • Preuves « choix des jeunes » : 3 victoires au Concours É-lisez moi
  • Preuves des chiffres : atteinte du 10 000 copies vendues
  • Preuve des ventes : meilleur vendeur jeunesse 2012 chez Monet

Et toujours, les chiffres qui déclinent chez Renaud-Bray.

En février, les chiffres d’inventaires étant toujours très beau chez Archambault, j’ai pensé à  une erreur du côté de son concurrent. J’ai donc fait la seule chose qui est à la portée de l’auteur dans une telle situation : j’ai contacté mon éditrice. Réponse: « Renaud-Bray devrait en reprendre à la sortie du tome 5… ».

J’ai attendu, rien.
J’ai ré-écrit.

« Ton tome 1 est en ré-impression (yé!), ils reviendront sans doute sur les tablettes après… ».

Attente, néant, re-courriel.

Et finalement la vérité toute crue : « les représentants ont fait plusieurs tentatives de convaincre Renaud-Bray de le reprendre, mais sans succès.

Au moment où j’écris ces lignes, il ne reste que 6 exemplaires du tome 1 dans tous le réseau de Renaud-Bray, alors les trois tomes suivants affichent « non-disponible en succursales ».

Voilà!
Pas de plainte, pas d’accusation, pas même de découragement, juste une constatation : percer, c’est difficile à ce point.

Share Button

Merveilleux urbain: Fées d’abribus

Après sondage sur ma page Facebook d’auteure, ce sont les fées d’abribus qui ont gagnées! C’est donc ce peuple que je vous présente ce mois-ci dans ma campagne pré-sortie du livre Encyclopédies du merveilleux Urbains.  Le choix est particulièrement approprié, puisqu’elles ont fait partie, avec les Trolls de viaducs et les dryades de réverbères, du concept préliminaire utilisé pour intéresser les éditeurs il y a de ça quelques années!

Depuis le dévoilement des Trolls de viaducs, j’ai reçu un nouveau PDF, vous avez donc droit cette fois-ci aux versions finales!

Fées d'abribus

Fées d'abribus, merveilleux urbain

Je vous rappelle que l’encyclopédie du merveilleux urbain est illustré par Anouk Lacasse et qu’il sortira en septembre aux éditions Boomerang! Rendez-vous dans un mois pour un autre extrait!

Share Button

Erreur de jeunesse

Les Naufragés de ChélonMon premier livre, Les Naufragés de Chélon est étudié dans plusieurs écoles, et au moins une fois par année, lors des tournées d’animation scolaire, un professeur me fait un reproche, toujours le même :

« Les jeunes aiment beaucoup votre livre, mais le vocabulaire est un peu compliqué ».

Sentant que cette erreur est particulièrement remarquable dans les tout premiers paragraphes du livre, je l’ai donc récemment relu. À première lecture, je me suis outrée : « Ils sont parfaits, ces paragraphes! ». Il faut dire que j’ai toujours été une fervente défenseure du niveau de langage des livres jeunesse,  convaincue que les jeunes décodent les mots qui ne connaissent pas de manière organique, et qu’ils acquièrent ainsi toujours plus de vocabulaire.

Puis, en deuxième lecture, je me suis mise à noter les mots que les lecteurs de 3-4e année n’ont peut-être pas vu souvent. En voici quelques-uns :

Brigantin, balloté, tangage, lézarde, embrasure, intempéries, bourrasques, bastingage, étreinte, écailleuse, surplomber, ressac…

Et j’ai réalisé le problème de ces premiers paragraphes. Ce n’est pas la présence de mots plus difficiles qui rebute les élèves, mais bien la fréquence de ceux-ci. Il faut dire que c’était mon premier roman, et que je voulais que les premières pages soient parfaites. J’ai donc travailler et retravailler les passages afin de trouver les mots justes, quel que soit leur niveau de difficulté. Avec le recul, je me demande aussi si l’utilisation de mots plus littéraire ne m’aidait pas à éloigner le syndrome de l’imposteur.

Je n’ai jamais baissé le niveau de langage de mes livres, mais je crois avoir appris, avec le temps, à les doser, et surtout, à les utiliser lorsqu’ils sont nécessaires plutôt que de le faire pour « flasher » et me réconforter l’égo!

Aussi, cette semaine, surveillez ma page Facebook alors que je vous ferai voter pour décider quelle créature du merveilleux urbain je dévoilerai la semaine prochaine!

 

Share Button

Retour sur mon printemps de jonglage

Il y a deux-trois mois, je vous parlais de mon plan de conciliation écriture-animations-famille qui consistait à me garder systématiquement deux jours par semaine pour écrire. Voilà maintenant deux semaines que cette période est terminée et que j’écris à temps plein (4 jours semaines), et je suis moi-même surprise du bond en productivité qui résulte de ces deux semaines.

Le problème des deux jours semaines :

  • J’avais oublié le facteur fatigue. Après deux journées d’animations, surtout si elles sont suivies de signatures en soirée, je suis claquée! Le troisième matin, devant mon ordinateur, la page blanche me nargue.
  • Deux jours en deviennent rapidement un : puisque la troisième partie de ce jonglage est la famille, au moindre imprévu (enfant malade, rendez-vous médical, congé de la garderie, etc.) je me suis retrouvée avec seulement une journée dans la semaine pour écrire. Et avec juste une journée pour écrire, mon humeur s’en ressent!
  • Trop de choses en têtes. Demandez à mon chum, je ne suis pas une bonne « multi-tasker ». À alterner entre animations et écriture, mon cerveau se perd, mon histoire s’éparpille.

Bref, j’ai écrit plus du tiers du roman durant mes deux semaines intensives, alors que les premiers deux tiers se sont étalés sur 11 semaines. Si j’ai peiné à atteindre les 1000 mots par jour durant tout le printemps, l’absence d’animations m’a permis de retrouver mon rythme de croisière de 50% fois plus, et même de le dépasser dans les derniers deux jours.

Les demandes d’animations pour l’année prochaine commencent déjà à rentrer, et je me trouve à réfléchir à mon organisation. Une amie me disait faire un trois mois intense, à 5 animations par semaine, pour mieux écrire à temps plein après. Mon expérience de productivité me dit que ce serait une bonne solution, mais c’est mon organisation familiale qui ne pourra le supporter.  Alterner les semaines « sans » et les semaines « avec »? Commencer à en refuser pour me concentrer sur l’écriture? Prévoir être en écriture de quelque chose de plus léger qu’un Victor pour la plus grosse saison (Avril-Mai)?

J’ai bien peur ne pas avoir encore de réponses.

 

 

Share Button

Où sont les aventurières?

yokotsunoDepuis que ma fille est passée de l’univers Stilton aux romans pour un peu plus vieux, j’ai fait un constat désolant : les héroïnes jeunesse manquent d’ambition*! Si on exclue les romans fantastiques/science-fiction et les quelques (rares) séries d’enquêtes, on ne trouve aucune série pour fille de plus de 10 ans dans laquelle l’héroïne a d’autres préoccupations que sa robe de bal, ses amies, l’entente familiale, et l’amour.

Savannah, de Sylvie Payette, est ce que j’ai vu de plus proche, mais le livre se veut plutôt jeune adulte que véritable jeunesse.

Le pire, c’est qu’on est toujours prêt à s’outrager lorsqu’il est question des livres séparés par genre, alors que le problème n’est pas qu’il y a des livres étiquetés « pour fille » et d’autre « pour garçon », le problème est ce que l’on met dans ces livres! Je citais plus haut l’univers Stilton, et je dois avouer que les Téa Sisters sont une belle réussite comme modèles féminins. La couverture est peut-être rose, mais on y trouve des filles fonceuses et intelligentes, qui voyagent, font de l’escalade et de la plongée, et ont envie de changer le monde!

Moi qui aie grandi aux côtés de Yoko Tsuno, Jeanette pointue et même Natasha, je ne peux que me désoler de l’absence de véritables aventurières en littérature jeunesse! Est-ce que la disparition des héros adulte serait à blâmer? C’est certain qu’une héroïne de 12 ans peut difficilement partir seule en Amazonie, mais les livres jeunes adultes ont poussé l’âge des héros jeunesse vers l’adolescence, ne serait-ce pas facile de mettre juste deux ou trois petites années de plus pour donner un peu de liberté aux personnages et offrir aux héros de notre monde moderne d’autres défis que de changer le menu de la cafétéria?

Notez bien que je ne suis pas contre les livres de type « journal d’élève du secondaire », ils ont leur place, et sont même essentiel, je ne fais ici qu’un appel  à la diversité des genres en criant bien fort : « Il y a un trou! ». Ne reste plus qu’à le combler.

Note #2 : 24 heures après avoir écrit ce billet, j’ai pensé à « Ariel et l’école des espions » qui doit bien remplir le mandat! Tout n’est pas perdu! Je vais l’ajouter à ma liste de lecture!

Share Button

Merveilleux urbain : les Trolls de viaduc

TrolldeViaduc_72dpi
Illustration: Anouk Lacasse

Dans le cadre de la sortie de mon album L’encyclopédie du merveilleux urbain chez Boomerang en semptembre prochain, je vous présente à chaque mois une race différente de ces peuples mythiques à la sauce moderne. Pour commencer la ronde, voici deux extraits  de la page des trolls de viaduc, ainsi que la double page complète dans toute sa splendeur! Notez que les textes ne sont pas les versions finales, et qu’il y a un risque de coquilles!

 Introduction
Loin de menacer les trolls, la montée du modernisme et de sa pollution leur a plutôt permis de proliférer. Ces êtres pustuleux ont quitté leurs ponts ancestraux pour s’installer sous les viaducs, moins humides et plus nombreux. Ils seraient, selon le dernier recensement, plus d’un milliard à parasiter le système routier mondial.

Le troll de viaduc et l’humain
Si le troll n’attaque que rarement l’humain, il jalouse son confort moderne et dérobe les objets qui jonchent les planchers de voiture en perçant la carlingue de sa longue griffe. Il est courant qu’il découpe ainsi involontairement quelques orteils qui y trainent. Il est donc fortement recommandé aux passagers arrière de tout véhicule de lever les pieds lors de la traversée d’un viaduc.

03-Trolls de viaducs10x10
Cliquez pour élargir
Share Button