Archives du mot-clé Salon

Les visites scolaires dans les salons : culture ou perte de temps?

Après la publication de mon dernier billet, pensés après cette première journée de salon, une grande discussion s’est engagée sur Facebook entre de mes amis auteurs et de mes amis professeurs au sujet de l’interdiction d’acheter des livres au Salon que certaines écoles en visite imposent à leurs élèves. Évidemment, cette décision ne plaît pas aux auteurs qui prennent une journée à leur frais pour faire de la promotion et n’ont pas envie de la passer à poireauter devant des piles de livres invendus.

Les raisons des professeurs sont nombreuses : argent perdu, emphase des inégalités sociales, mauvais choix de livre, enfants pris dans une file pour payer alors que l’autobus s’en va, etc. Je comprends parfaitement les raisons des enseignants : la gestion de l’argent est une chose compliquée à apprendre aux enfants, possiblement une qui devrait être du ressort des parents plutôt que de celui des professeurs.

N’empêche que le résultat est que les enfants ne font qu’errer sans but pendant une heure entre les allés de livres en collectionnant les signets devant des auteurs qui, eux, se disent qu’on ne les y prendra plus. Donc, si cette tendance se maintient, les auteurs bouderont de plus en plus l’événement, du moins durant la semaine, et, avouons-le, tant qu’à amener les élèves dans un salon sans auteurs, les écoles sont aussi bien de les amener au Renaud-Bray!

Mon conseil au Salon du livre jeunesse de Longueuil:

Utilisez plutôt les jours de semaine pour organiser une journée pour les professionnels (conseillers pédagogiques, bibliothécaires, etc.) remplie de conférences et d’animations. Si vous réussissez à en attirer un bon nombre, les éditeurs se battront pour un espace-kiosque.

Mon conseil aux parents :

Allez au Salon du Livre Jeunesse avec vos enfants, donnez-leur 20$ et « lâchez-les lousses »! Le salon est trop petit pour être dangereux, et ce sera pour eux soit une belle occasion d’apprendre, soit une belle occasion de vous surprendre.

Mes conseils aux écoles qui imposent cette interdiction d’achat :

– Si vous désirez que vos élèves aient un contact avec des auteurs, invitez-en plutôt un dans votre classe, que ce soit pour une animation comme la mienne, avec la Caravane de la fête du livre où avec le programme La culture à l’école.

– Si vous désirez leur offrir un moment privilégié entouré de livres, amenez-les à la bibliothèque où ils pourront les ouvrir et s’y plonger.

– Si vous désirez tout de même les amener au Salon, imposez-leur au moins un devoir qui les obligera à regarder les livres, par exemple d’en noter trois qui serviront de suggestions pour la bibliothèque de l’école.

Finalement, il existe aussi une solution qui les englobe toutes : certaines librairies (Boyer sur la Rive-Sud, et BuroPlus à Saint-Jean, entre autres) font des salons privés dans les gymnases des écoles. On jumèle le tout avec une présence d’auteur dans les classes, et les achats s’effectuent avec les parents lorsqu’ils viennent chercher leurs rejetons après 3 h! Tout le monde y gagne!

Share Button

Salon du livre Jeunesse de Longueuil et questionnement professionnel!

Je serai en séance de dédicaces au kiosque des Éditions du Phoenix (12) pour la presque totalité du Salon du Livre Jeunesse de Longueuil. En fait, il n’y a que le vendredi où je devrai m’absenter pour cause de contrat; il faut bien vivre!

Bien qu’il me soit arrivé souvent de faire des jeudis-vendredis intensifs, ce sera la première fois que je fais également la fin de semaine.  J’y vais avec en poche une grande question : est-ce que ça en vaut la peine?

Pour se ressourcer? Sans contredit! Pour rencontrer et discuter avec des lecteurs? Absolument! Pour créer des liens avec d’autres auteurs et éditeurs? Encore plus! Financièrement?… C’est là où le bât blesse!

Je donne en exemple mon premier Salon, soit celui de Sherbrooke en 2007. J’y ai passé les deux premières journées au cours desquelles j’ai vendu près d’une trentaine de livres, un assez bon chiffre, me suis-je fait dire. Or, À 10 % de droits d’auteurs sur des livres à 8,95 $, ça ne paie même pas l’essence utilisée pour me rendre en Estrie! Sans compter que, durant ces deux jours, je n’ai ni écrit, ni fait de contrats.  Bon, évidemment, les ventes ne sont qu’une partie de l’équation! J’ai également parlé à des centaines de lecteurs potentiels qui ont peut-être retenu mon nom et distribué d’innombrables signets (tel que si bien illustré ici par Stéphane Dompierre et Pascal Girard).

Je ne remets pas en question ma présence dans les salons, j’aime trop les trois premières raisons mentionnées pour m’en faire avec la quatrième! N’empêche que la question se pose : à quel point cette publicité de terrain aide-t-elle la carrière d’un auteur jeunesse?

Share Button