Archives pour la catégorie Futurs projets

Récapitulatif de mes projets

D’habitude, j’en fais l’exercice à la nouvelle année, mais ayant à peine couvert les principaux dans mon Bilan 2013, voici, classés par étape de complétion, tous les projets que j’ai dans mes tiroirs, en tête ou sur ma table.

 

Les « publiés et en cours de publication »

Victor Cordi : Le troisième sortira au mois d’avril, juste à temps pour le Salon du livre de Québec. Le quatrième est déjà écrit et en cours de direction littéraire. Je m’attaque au cinquième dès mon retour du salon de l’Outaouais.

– Encyclopédie du merveilleux urbain : mieux connu dans le présent blogue sous le nom de « mon album illustré pour Boomerang », et sous celui de « fées urbaines » pour mes amis, il est tout prêt et attend sagement d’être envoyé à l’imprimeur. Il sortira en septembre, et vous pouvez vous attendre à plus d’info (résumé, extraits et images) dans les trois mois précédents la sortie!

Terra Incognita : la série est pas mal officiellement terminée. Après 4 tomes, l’éditrice trouvait qu’elle s’essoufflait, et comme je peinais moi-même à trouver le temps d’écrire un cinquième tome, nous avons décidé d’un commun accord qu’elle ne continuerait pas… du moins pour le moment.

 

Les « en recherche d’éditeur »

- Les Farfous : Mon roman pour les tout petits a subi une transformation à la demande d’un éditeur, et se retrouve désormais sous forme d’album! Les coupures lui ont permis de passer à travers la première ronde de sélection chez ledit éditeur, et j’attends les commentaires pour effectuer une nouvelle version sur laquelle le comité prendra sa décision finale. Bref, on croise les doigts!

– Mon conte de Noël : Il a traîné longtemps sur ma tablette. Je l’ai repris en main depuis quelques mois, et j’utilise désormais une méthode très scientifique pour ne pas qu’il ne perde son temps à nouveau : à chaque refus reçu, je le renvoie à deux autres Éditeurs. On verra bien, donc!

 

Les « tout nouveaux tout beaux »!

- Bedondaine et bedondon : C’est un projet que j’avais en tête depuis longtemps : des albums pour les tout-petits légèrement inspirés de mes deux plus vieux lorsqu’ils avaient moins de 5 ans. J’ai terminé l’écriture d’une présentation de projet et d’un premier tome au courant du mois et commence à peine à le faire circuler, on lui souhaite bonne chance.

– Chroniques postapocalyptiques d’une enfant sage : Un roman inclassable, inspiré de mon billet sur la disparition des héros obéissants. C’est un projet plus littéraire, psychologique et atmosphérique que tout ce que j’ai pu écrire jusqu’ici. Il n’est encore qu’embryonnaire, mais j’ai commencé à mettre mes notes en ordre afin de demander une bourse au CAC et au CALQ au 1er avril.

 

Fiouf! Mis bout à bout, ça en fait tout de même pas mal! Je me retrouve d’ailleurs pour la première fois depuis des années, à ne plus avoir de projets qui n’existent que dans ma tête. Ils ont tous été mis sur des rails quelconques et attendent leur heure pour être complétés ou publiés. J’ai hâte qu’une nouvelle idée se pointe, mon cerveau se sent tout-nu sans projets cachés!

Share Button

Entre deux Victor Cordi, développons, développons!

Le lancement est terminé, il me reste encore une semaine avant de me plonger dans l’écriture du quatrième Victor Cordi, profitons-en pour faire un peu de développement! Pourquoi? Mais pour ne pas mettre tous les œufs dans le même panier, et aussi parce que si je veux continuer à publier au moins trois livres par année, je dois y voir d’avance. J’ai réussi cette année (un Terra Incognita et 2 Victor Cordi), ceux de 2013 sont prévus (2 Victor Cordi et un album illustré chez Boomerang), mais le temps est venu de prévoir 2014! Eh oui! C’est aussi long que ça dans cette foutue industrie!

Je pensais avoir le temps de monter un nouveau projet d’album pour les 2-3 ans qui me trotte en tête depuis longtemps, mais ce ne sera finalement pas le cas. Je me rabats donc sur deux textes déjà tout prêt : un conte de Noël en rimes, et un roman pour les tout-petits.

Le conte de Noël
Historique rapide de ce conte : écrit durant la fête du livre de Bergeronnes en 2010 à la demande de la directrice littéraire des Éditions La Cajolerie, il a été refusé pour son niveau de langage trop élevé. Je les proposé à 2-3 autres maisons ici, toujours avec la même réponse : trop bien écrit pour le public cible. Refusant de le niveler par le bas, j’ai décidé de viser plutôt la France. Maryvonne Rippert (écrivaine française de, entre autres, Métal Mélodie) m’a servi de directrice littéraire et m’a donné un contact chez Milan. Le conte est donc parti là-bas en 2011. Je n’ai jamais eu de nouvelles.

Il est donc temps de le ressortir du tiroir! Je le renvoie en France, et, tant qu’à viser haut, je vise haut! J’ai choisi les 10 plus grandes maisons d’Édition jeunesse! Tous des noms à faire rêver : Gallimard, École des loisirs, Casterman, Fleurus, j’en passe et des meilleurs! On verra bien!

Le roman pour les tout-petits
Celui-là, je le croyais « casé » depuis plus d’un an! Mon éditrice chez du Phoenix m’avait dit qu’elle embarquait dans le projet… puis à récemment changé d’idée. Il faut dire qu’il est un peu inhabituel dans sa structure! Ça prend un éditeur ouvert et possiblement même couillonné! Une discussion avec une amie m’a mis sur une piste : un éditeur numérique français qui chercherait des textes jeunesse. Le « fit » pourrait être très bon! Une petite journée pour retravailler le tout, et je l’envoie avant la fin de la semaine.

Et pour les curieux qui voudraient lire un de ces deux textes? Envoyez-moi un mot par Facebook… qui sait… je pourrais dire oui! Ils sont, de toute manière, inimitables!

 

Share Button

Quand la version zéro devient version 1

Vers la fin de l’été, j’annonçais une signature de contrat chez la Courte Échelle. Ce dernier stipulait que je devais remettre les manuscrits des deux premiers tomes de la série pour le 1er avril. Le délai peut sembler confortable, mais je savais que je ne pourrais pas écrire une seule ligne durant les mois d’octobre et de novembre, et que les trois mois suivants ne m’offriraient que quelques heures d’écriture par semaine.  Il y a bien eu des semaines où j’ai cru que je n’y arriverais pas! Et pourtant…

Le deuxième manuscrit vient de partir, j’y suis arrivée! Youhou!

Repos du guerrier en vue! Vacances numériques et littéraires pour les trois prochaines semaines; corrections de la directrice littéraire par la suite.

Après? J’ai un Terra Incognita Tome 5 qui a été laissé en plan lorsque j’ai appris que le tome 4 sortirait avec six mois de retard; il serait probablement temps de m’y remettre!

Mais pour le moment : rien!

Share Button

Cadeau de Noël avant l’heure…

 

Je sais, je sais, il est interdit de parler de Noël tant que l’Halloween n’est pas terminé, du moins, c’est la règle dans ma maison! N’empêche, vous me pardonnerez bien en voyant ce que j’ai reçu par la poste:

 

Tadam! Un livre-disque! 22 histoires de Noël écrites par Bibi Lolo! Pourtant,  j’ai tendance à oublier ce livre lorsque je compile mes publications. Pourquoi? C’est qu’il s’agit d’un travail de mercenaire : un thème imposé, une rémunération fixe, et une distribution uniquement dans les grands centres, genre Costco. N’empêche, il y a bien une dizaine de ces histoires dont je suis plus-que-satisfaite, particulièrement celles qui m’ont permis de m’amuser avec la rime! Comble du bonheur, ma cliente m’a donné la permission de vous en donner un aperçu!

Sortez vos tuques de Père-Noël, car voici « Les nouilles de Noël », un conte en rime de Annie Bacon!

 

Les nouilles de Noël

Jacques Dupuis et sa compagne,
Habitait à la campagne
Leur fillette, Mélanie
S’y morfondait d’ennui

Lorsque l’automne arriva,
Le père choisit, pour le repas
Du soir de l’Action de grâce,
Une dinde bien grasse!

« Mais, c’est ma seule amie »
Déclara, en larme, Mélanie
Qui passait tous les jours,
De longues heures dans la basse-cour.

Ému par cette amitié,
Le père changea le souper,
Ils mangèrent, cornegidouille
Un gros plat de nouille !

Ils filèrent des jours tendres,
Puis arriva la fin décembre.
Le vingt-quatre aux matines
Monsieur Dupuis fit la cuisine.

Il se gratta un peu la tête,
Puis déclara : puisque c’est fête,
ce soir, pour le réveillon,
Dinde aux marrons!

En apprenant le menu,
Mélanie tomba des nues,
Elle supplia son papa,
« Tu ne peux pas me faire ça »!

Son père, ému jusqu’aux larmes
Finit par rendre les armes,
Ils mangèrent, cornegidouille
Un gros plat de nouille !

Le lendemain, c’est tradition,
Ils recevaient, à la maison
Tantes, oncles, neveux et nièces,
Ça se pressait dans toutes les pièces.

Madame Dupuis, bien énervée,
S’inquiétait pour son souper!
« Pourvu que tout le monde apprécie,
ma dinde farcie ! »

Mélanie implora sa mère,
Ses deux parents s’exaspérèrent
« Cette dinde a été engraissée,
Pour être mangée! »

Devant une paire d’yeux qui se mouillent,
Que peut faire une mère au grand cœur?
Ils mangèrent cornegidouille,
Des nouilles au beurre!

Share Button

Lorsque les étoiles s’alignent… et que l’une d’entre elles tombe

Au printemps dernier, je suis allée au « Book Expo America » à New York. J’en suis revenue avec les noms de deux éditeurs américains intéressés à en savoir plus sur mon projet avec Boomerang. Le problème, c’est que rassembler le matériel additionnel en question a été long… très long… trop long! Si bien qu’hier, lorsque j’ai enfin envoyé le tout, l’un des deux courriels est revenu avec la notice « Madame XXXXX ne travaille plus chez nous ».

ZUT!

Évidemment, tout n’est pas perdu et je vais tout de même envoyer le tout à sa remplaçante, mais cette dernière ne m’a pas rencontré, je ne lui ai pas présenté le concept sur papier, en personne, dans toute sa splendeur. Est-ce qu’un simple message accompagné de JPEG pourra vraiment avoir le même effet?

Une opportunité ratée.

Il y en aura d’autre.

Si mon passage au BEA m’a appris quelque chose, c’est que ce projet sera vendu à l’international éventuellement. Peut-être pas aux États-Unis, pas nécessairement grâce à mes efforts personnels, probablement pas avant d’être au moins complété et imprimé, mais il s’y rendra!

Share Button

Les idées mûrissent

Les idées sont nombreuses. Alors comment savoir laquelle deviendra un livre et lesquelles ne sont que de passage? Simple, on laisse mûrir!

J’ai souvent des idées de nouveaux projets de toutes sortes : album, roman, BD, etc. La plupart me passent par la tête et repartent aussitôt pour ne plus jamais montrer le bout de leur nez. Mais quelques-unes persistent. Elles vont et viennent, réapparaissent lorsque je m’y attends le moins, font trois petits tours et puis reviennent. À ce stade, elles sont incomplètes, et j’ai parfois même l’impression qu’elles n’arriveront jamais à rien. Et un jour, comme ça, l’idée explose! Alors que chaque visite n’était qu’un vague concept, voilà que des thèmes, des tomes, des phrases entières me viennent à l’esprit. L’idée est « mûre ».

C’est ce qui vient de m’arriver, ce matin, avec les aventures de « Bedondaines et Bedondon », une série de livres traitant du quotidien des tout petits, à la « Caillou » ou « Cajoline ». L’idée me trotte en tête depuis une bonne année, mais seulement sous la forme suivante :

  • - Les personnages s’appelleront Bedondon et Bedondaine
  • - L’écriture se fera en rime.

C’est tout!

J’ai longtemps cru que je ne trouverais jamais rien à raconter sur le quotidien des tout petits, après tout, on est loin des aventures rocambolesques et imaginaires dans lesquelles je me complais à l’habitude.  Ce matin pourtant, alors que je tentais de me rendormir après une interruption de sommeil due à une petite puce beaucoup trop matinale (et immédiatement renvoyée dans son lit), les idées ont commencé à venir. Après 45 minutes de réflexion et 15 minutes d’écriture, j’ai les titres et thèmes de sept albums, certains avec déjà 2-3 vers de notés.

L’idée est mûre! Il ne reste plus qu’à la « caser » dans l’horaire (je vous reparle dudit horaire plus tard dans la semaine.

 

Share Button

Conclusion du Porte-à-porte

Cinq mois plus tard, voici enfin venu le temps de dévoiler les résultats de mon « porte-à-porte au Salon du livre » tel qu’effectué à Montréal à l’automne dernier. Maintenant que toutes les pistes ont été suivies jusqu’au bout, je vous offre, en vers (rien de moins), la Saga de ma recherche d’éditeur pour un projet d’album illustré par Anouk Lacasse.

À Montréal, lors d’un salon
Se promenait une jeune auteure
Cognant aux kiosques, sans façons
Elle rencontra cinq éditeurs.

Le premier dit « C’est très joli »,
Mais ce n’est pas dans mon créneau.
Il quitta sur un « non-merci »,
L’auteure resta le bec à l’eau.

Ils n’étaient plus que quatre.

L’un d’eux rappela le mois d’après,
Et se montra intéressé…
à voir un projet plus complet,
sans quoi il ne put s’engager.

Ils n’étaient plus que trois.

Un autre consulta son équipe,
Qui n’en aima que la moitié,
Et comme l’auteure est authentique,
Elle préféra laisser tomber.

Ils n’étaient plus que deux.

Le quatrième était conquis,
Et fit miroiter mille espoirs,
Comme rien de concret n’a suivi,
L’auteure n’eut qu’à broyer du noir.

Il n’en resta plus qu’un seul.

Le dernier s’est manifesté
Très rapidement dans l’aventure
Il envoya tous les papiers,
Qui n’attendaient que signature.

Et signature, il y eut!

Tout ça pour vous dire que je viens tout juste d’apposer ma griffe au bas d’un contrat avec les Éditions Boomerangs pour l’album illustré en question. Ce dernier devrait sortir en début 2013.

La conclusion sur le « porte-à-porte » au salon? Possiblement la meilleure chose qui soit arrivée à ma carrière, non pas à cause du contrat que je viens de signer, mais parce que, des quatre autres maisons, trois attendent désormais tout prochain projet que j’ai envie de leur envoyer. Par contre, je m’attendais à ce que ma démarche accélère le processus alors qu’un bon cinq mois s’est écoulé entre les premières rencontres et la signature d’un contrat. Chose certaine, si c’était à refaire, je n’hésiterais pas!

Share Button

Dissection de la publication en France

Si j’ai écrit récemment sur les différentes manières de vivre de l’écriture Jeunesse au Québec, une quatrième manière de vivre de l’écriture jeunesse est justement d’en sortir, de ce tout petit marché qu’est le Québec. Évidemment, lorsqu’on écrit en français, la France et ses 64 millions d’habitants est la première sur la liste.

 

Défaire les mythes :

Lorsqu’un auteur rêve de la France, il se fait souvent rabattre le caquet avec l’argument que « il y a peut-être plus de monde, mais la concurrence est aussi plus forte, tu n’en vendras pas plus ». Une petite recherche m’a tout de même permis de voir que le tirage moyen d’un nouveau livre y est de 8000 exemplaires. Considérant que le tirage moyen québécois tourne plutôt de 2000, l’effet multiplicateur est indéniable.

 

Il existe plusieurs manières de percer le marché français. La première consiste à publier d’abord au Québec, puis à convaincre un éditeur de là-bas de prendre votre roman pour distribution en France. À ce qu’on m’a dit, il est inutile de s’essayer avant d’en avoir vendu au moins 5000 ici, ce qui constitue déjà un joli petit succès. Il est normal que les éditeurs français soient frileux et ne prennent que les valeurs sûres, après tout, ils devront donner une partie des profits à votre éditeur actuel, ce qui coupe leur part du gâteau un peu. Notez que cette démarche peut autant être faite par vous-même que par votre éditeur.

 

La deuxième manière dépend entièrement de votre éditeur. Il y a quelques maisons québécoises qui choisissent certaines de leurs œuvres pour les distribuer en France. C’est le cas entre autres des éditions De Mortagne qui, après avoir vu le vaste succès des Chevaliers d’émeraudes qu’ils avaient confié aux éditions Michel Lafon, ont décidé d’éditer eux-mêmes leurs plus grands succès en France. Encore ici, le succès local est un pré-requis. Notez aussi qu’une présence à la librairie du Québec à Paris n’est pas considérée comme une véritable « distribution en France ».

 

La troisième est toute simple et surprenamment pas beaucoup utilisée. Il s’agit d’envoyer un manuscrit directement en France, sans passer par l’édition d’ici. Les deux désavantages principaux deviennent rapidement apparents et découlent tous deux de la même cause : les maisons françaises sont inondées de manuscrits. Vraiment inondées! Résultat : les chances d’être choisis sont minces, et les délais d’attente de réponse encore plus interminable qu’ici. AJOUT: Dans les commentaires: Elisabeth m’a rappelé que les droits d’auteurs, en France, sont par contre moins élevés. On parle de 8% en publication direct plutôt que 10%. Le pourcentage lorsque le livre est déjà publié au Québec dépend du contrat de l’auteur.

 

Tout ça pour dire que, en attendant d’avoir un succès de 5000 exemplaires vendus ici ou un éditeur qui distribue en France, j’ai décidé de tenter ma chance avec la méthode numéro trois. En effet, j’avais un petit texte de Noël absolument charmant qui semblait désarçonner les éditeurs d’ici de par son niveau de langage. Comme c’était un texte écrit sur un coup de circonstances et que je n’avais aucune presse de le publier ici, il était un candidat parfait à l’exportation! Histoire de ne pas simplement envoyer le tout de manière aléatoire, je l’ai soumis d’abord à une amie auteure rencontrée via nos blogues respectifs, soit la merveilleuse Maryvonne Rippert, dont le dernier livre, Métal Mélodie, a reçu plusieurs honneurs et fait ravi encore plus de lecteurs. Mme Rippert a eu la gentillesse de me servir de directrice littéraire pour améliorer le rythme du texte ainsi que pour s’assurer de son « Européanité ». Comble de la générosité, elle m’a également fourni l’adresse d’une Éditrice en album jeunesse de sa connaissance. Si le livre parait en France, il lui sera dédicacé!

 

Le manuscrit en question est parti au mois de février, telle une bouteille à la mer. Je ne m’attends pas à des nouvelles rapides, et, dans le cas d’une réponse négative, j’aurai toujours le loisir de l’essayer ici. Comme on dit : rien à perdre, tout à gagner!

Share Button

Lorsqu’un plan remplace le manuscrit

 

La manière classique de placer un nouveau projet chez un éditeur est d’écrire le manuscrit complet du premier tome, et de l’envoyer à différents éditeurs avec espoir de publication. Cette technique demande à l’auteur de faire des mois de travail, sans savoir s’il sera couronné de succès.

 

Heureusement, il existe une deuxième technique, soit celle de proposer un plan de projet! Qu’est-ce que j’entends pars un plan? Pour être honnête, je n’en suis pas certaine! Si je sais de source sure que certains éditeurs acceptent de prendre la décision de publier un livre sur un simple plan, je n’ai jamais vu un tel document. Comme j’ai décidé de tenter ma chance, j’ai dû improviser!

 

Ma vision du plan

Cette semaine, j’ai donc un projet qui partira chez éditeur avec lequel j’ai déjà discuté de cette possibilité. Le projet se présente en  deux documents. Premièrement, un extrait du texte final, dans mon cas, les trois premiers chapitres (environ 10 pages) du premier tome. Deuxièmement, une description du projet, incluant les thèmes, les personnages principaux, un synopsis des trois premiers tomes, et une idée globale des trois suivants.

 

Ce qui est merveilleux de cette technique, c’est que le tout m’a pris entre une et deux semaines, et que le premier document (l’extrait) pourra être réutilisé pour le manuscrit final, une fois celui-ci accepté. Évidemment, choisir une telle stratégie me coupe beaucoup d’éditeurs, puisque plusieurs ne signent aucun auteur sans avoir vu un manuscrit final. Mais rien ne m’empêche, si la vente par projet ne marche pas, de me rabattre sur la technique classique en terminant le manuscrit. Je n’aurai, en tout et pour tout, perdu qu’une semaine de travail, alors que je contemple la possibilité d’écrire le manuscrit en toute tranquillité avec un contrat signé sous le bras, et un éditeur qui sait déjà à quoi s’attendre!

 

Et ne croyez pas que l’éditeur n’y trouve pas son compte! Ceux qui acceptent cette manière de fonctionner ont le premier choix et peuvent ainsi ramasser des projets que les autres n’auront même pas eut la chance de voir. Ils peuvent également donner leurs commentaires et influencer la direction que prend le projet dès ses tous premiers pas.

 

Bref, je suis de plus en plus convaincue que c’est la meilleure manière de fonctionner… ne reste plus qu’à tenter le tout ! Le premier courriel partira vendredi, je vous en redonne des nouvelles!

Share Button

Écrire avec un lecteur par-dessus son épaule

Au Salon du livre de Longueuil, quatre courageux et moi avons écrit en direct dans un hall d’entrée, alors que le contenu de notre clavier était projeté sur un écran. Résultat, je n’ai jamais autant écrit en si peu de temps!

Je clamais récemment qu’il n’y avait rien de tel pour attiser ma créativité qu’un deadline, et là, j’ai été servie! Lorsque les gens peuvent lire par-dessus votre épaule, l’échéance pour le moindre mot devient « tout de suite »! J’ai même deux-trois garçons d’une dizaine d’année qui se sont assis devant l’écran pour lire plus confortablement au fur et à mesure. Bonjour la pression! Par leur seule présence, ils semblaient crier, tel Kurt Cobain : « Here we are now, entertain us ! »

Pas le temps de s’attarder sur le mot exact, et pas question de glander sur Facebook! Les phrases devaient se suivre sans pauses! Le résultat, neuf pages (2 000 mots) en une heure et demie. Probablement mon record personnel! Je n’avais prévu qu’écrire les deux premiers chapitres, et j’ai du me lancer dans le troisième sans filet! Est-ce que c’est de la qualité? Je l’ignore, puisque je n’ai pas encore eu le temps de me relire! Chose certaine, ces pages constitueront une base à partir de laquelle bâtir les chapitres finaux.

Bref, est-ce que je recommencerais l’expérience? Sans problèmes! À ce rythme-là, je pourrais doubler mes publications annuelles! Est-ce que je suis prête à réorganiser la chose lors d’un prochain salon, c’est moins certain, et probablement pas de manière bénévole!

Je reste très contente de l’aventure, et remercie chaudement le Salon de Longueuil qui en ont été les complices ainsi que mes confrères et consœurs qui l’ont tenté avec moi!

Share Button